Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 15:23
Hara-Kiri Hebdo N° 5 du 3 mars 1969

Par Michel Tournon

 

Hé oui, la guerre du Viêt Nam n’était pas terminée. Il faudra encore six années pour que les Américains cessent d’arroser ce pays avec du défoliant. Le film de Coppola, Apocalypse Now a même reçu napalm d’or à Cannes !

 

Dans mon commentaire sur les numéros précédents, j’avais oublié de signaler que le titre de la rubrique de Cavanna est Je l’ai pas lu, je l’ai pas vu… De fait, sur deux pages, Cavanna nous donne son avis sur tout ce qui faisait l’actualité.  À propos des bébés phoques, il regrette que ces safaris pour zigouiller ces petits phocidés soient réservés aux riches ; pour les autres, il conseille de couper les oreilles et les pattes d’un lapin blanc et de l’assommer avec un gourdin avant de le dépecer. Hara-Kiri mensuel n’est pas très loin…

 

Cabu donne toujours dans le shobiz et la télé. Il caricature d’anciens présentateurs du journal télévisé : Charles Finaltéri, Bernard Volker, Michel Anfrol, Betty Durot…  Si vous connaissez ces personnages, c’est que votre âge est canonique et que vous feriez mieux de vous occuper de votre arthrose.

 

Cabu croque aussi Régine (en plusieurs bouchées). Les caricatures de Cabu sont vraiment excellentes et d’un « style » moins dépouillé qu’à la fin de sa vie.

Hara-Kiri Hebdo N° 5 du 3 mars 1969

Wolinski mélange à nouveau sexe et politique. Ce pauvre type s’est-il immolé parce qu’il n’avait gagné que la médaille de bonze ? C’était avant le premier choc pétrolier. De nos jours, on utiliserait plutôt la pendaison pour économiser l’énergie.

 

Hara-Kiri Hebdo N° 5 du 3 mars 1969

Dernière page, toujours digne du mensuel Hara-Kiri :

Hara-Kiri Hebdo N° 5 du 3 mars 1969

On retrouve aussi Delfeil de Ton dissertant  lui aussi sur les bébés phoques qui attendent avec impatience que Brigitte Bardot prenne leur défense, la cronique d’une vache espagnol de Willem, et les dessins de Gébé qui me rendaient perplexes et que j’ai toujours du mal à décoder.

Partager cet article

Repost0

commentaires