Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mars 2002 4 07 /03 /mars /2002 11:19

 


   Date : Jeudi, 07 Mars 2002 10:19:02      
     De : JMF 
  Objet : Concours Baudelaire (sur rimes de "La Beauté")


Avant tout, pour en revenir à cette histoire de tite bouffe, personnellement, ça m'intéresserait assez, mais je n'ai pas ce qui  s'appelle un jour de libre d'ici au mois de mai. Trop de boulot, trop de déplacements, ces derniers temps...
Voici un petit sonnet relooké sur "La Beauté" de Baudelaire (j'ose espérer que le grand Charles ne va pas s'en retourner dans sa  tombe !):

L'INSENSIBLE

A la place du coeur, on lui trouve une pierre.
Puis, de ses sentiments, on peut faire le tour :
on n'y voit pas trace de bonté ou d'amour;
il doit être pétri d'une étrange matière !

D'aucuns ont dit de lui : "C'est un grand incompris."
N'en croyez rien du tout. Vous voyez, là, ce cygne ?
Qu'il se mue en corbeau si une seule ligne
de leurs écrits est vraie ! Permettez, mais je ris

de bon coeur, rien qu'à voir ses sottes attitudes !
Pour mieux le démasquer, suivez le mouvement
de ses yeux : c'est le fruit de subtiles études

qu'il pratiqua jadis sur ses nombreux amants,
car il les préférait aux femmes les plus belles,
à qui il ne laissait que larmes éternelles.


------

Un monorime, pour changer ?

RIXE

Une nuit que nous avions bien trinqué
et que nous revenions le long des quais,
nous croisâmes un bourrin efflanqué
que houspillait un moine défroqué.

Un instant, nous fûmes estomaqués,
cillant à qui mieux mieux de nos quinquets.
Aucune erreur ! De plus, ce foutriquet
avait plus de gueule encor qu'un roquet !

"Holà ! Mais on va te le matraquer,
nous, ce machin !", dit mon pote Mickey
en s'allumant plus vite qu'un briquet.
Ah ! pour ça, nous y mîmes le paquet !

Le salaud rendit l'âme en deux hoquets
sous l'oeil passablement interloqué
du gail qui s'enfuit en faisant claquer
des gerbes d'étincelles sur les quais.

Mais nous n'étions pas là pour bivouaquer :
les tuniques bleues allaient rappliquer !
Le temps de siffler un doigt de péket
et nous allâmes bon train nous planquer.


-------

Partager cet article
Repost0

commentaires