Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sororimmonde

  • : Sororimmonde - et ta soeur ?
  • Sororimmonde - et ta soeur ?
  • : on ne peut pas laisser dire n'importe quoi... à n'importe qui !
  • Contact

Quelques photos de cul ?

Recherche

21 février 2004 6 21 /02 /février /2004 09:14

   Date : Sat, 21 Feb 2004 09:14       

     De : Serge  
  Objet : Re: Poésie joyeuse/Re : La poésie n'est pas que grave.


Des corbelles, pas des corbeaux

Les sanglots mélodieux de ces noires corbelles
Dans mon cour ont bercé jusqu'au petit matin
Ce peu d'amour restant après la pâque belle
Des pas que beaux baisers papillonnant en vain

Car ce sont des corbelles qui là-haut ritournellent
Qui à la pâquerette hantent les six bouleaux
Où les amours tragiques les amours encor belles
Fleurdelisent l'espace où bondit le crapaud.

Et vous poètes las de chanter dans vos ciels
Poètes flamboyants comme un canon de vin
Décryptez le libelle écrit par l'hirondelle
Sur la page de l'aube dans les touffes de thym

Sur les maisons drapées dans les fleurs bleues du lin
Pour le plaisir gourmand des amantes au fourneau
Dont les cheveux sont d'or et les âmes de miel
Du fleuve des saisons dénouez l'écheveau

Et dites nous le chant douloureux des automnes
Lorsque l'immense éclat de rire des vieux faunes
Qui dans les noirs taillis on joui du printemps

Etouffe dans les champs des biches le tourment.


 
----- Original Message -----
  From: Pat Guenot
  To: CirqueZavatars
  Sent: Friday, February 20, 2004 11:30 PM
  Subject: [CirqueZavatars] Poésie joyeuse/Re : La poésie n'est pas que grave.


  Amitiés.
  Pat

  Poésie joyeuse

  Les chants désespérés, noirs comme des corbeaux,
  Exhalent dans les cours des relents de tombeau.
  Poètes larmoyants aux vers lourds de chagrin,
  Chassez le désespoir qui glace vos quatrains.
  Chantez l'envol radieux de la tendre hirondelle,
  Le merle qui gazouille une gaie ritournelle,
  L'enivrante douceur de la brise soyeuse.
  Célébrez le plaisir de l'étreinte amoureuse,
  Le village fleuri où coulent les demis
  Sous les rires bruyants de vos fervents amis.

Partager cet article

Repost 0

commentaires