Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 mars 2001 4 22 /03 /mars /2001 09:36

De : JMF
Date :  Jeudi 22, Mars 2001  9:36
Objet :  Re : Deux de rab...


Salut, vous êtes déjà en vacances, les gars? Cela dit, merci pour l'adresse "foorum", je croyais que je l'avais perdue mais, en fait, il était tout simplement inaccessible temporairement.

Autre chose, à propos.

Un genre littéraire pas trop compliqué, c'est le limerick, on ne le pratique pas en France (enfin, rares sont encore ceux qui écrivent des poèmes à forme fixe, alors que je persiste à dire que c'est bien plus facile que des vers libres - qui se tiennent, du moins), et si on l'a pratiqué jadis, rares en sont les exemples passés à la postérité. Enfin, je n'ai pas une culture poétique des plus vastes non plus, je barbote dans les classiques, les catalogues nrf ou le dé bleu.

Le limerick (du nom du bled irlandais du même nom) est un poème de 5 vers (à forme fixe de préférence), comportant avec 3 ou 2 fois la même rime masculine et 2 ou 3 fois la même rime féminine, dans un ordre qui, en principe importe peu, sauf aaabb ou aabbb ou abbba, qui ne sonnent pas très bien à l'oreille (quoique...). Le sujet doit être humoristique (gentil, ironique, grossier, trivial, rosse, hargneux, cinglant ou très spirituel, au contraire) et le discours absurde (mais tout en gardant une certaine logique) est particulièrement bienvenu aussi.

&&&&&&&&&&&&

Exemples :

SOIF DE MEURTRE (j'ai pas compté les syllabes)

Etant un tantinet soupe au lait
Il enfonça sans trembler son stylet
Dans le ventre d'albâtre de la rombière
Puis s'envoya coup sur coup dans le gilet
Quelques roboratives chopines de bière

 

--------------

LA FEMME A BARBE DU CIQUE ZAVATARS

Ah! sublime femme à barbe de Vintimille!
Elle avait en prime une étrange anatomie.
On l'embaucha fissa au cirque Zavatars
Où les curieux bientôt firent la file tard
Pour reluquer ses deux mamelles et demie.

 

-------------

 

FLAMBEUR

A force de sucer des tas de berlingots,
Il finit par claquer le gros de sa fortune.
Bientôt sans un, voilà-t-il pas qu'il m'importune,
Tâte mon humeur et entreprend tout de go
De me taper, l'infâme bourreau de mes thunes!

 

--------------

 

BRIMADES

La tronche tavelée de taches de rousseur,
On ne l'épargne guère et les vannes déferlent
A son adresse. Il rétorque par quelque perle
ou cinglant quolibet dénué de douceur
et où il est question de mères et de soeurs.


--------------

 

EXIL

Il avait en horreur viragos et mégères
Fuyait comme peste gendarmes en jupons
Matrones balèzes et fatigants crampons.
En fin de compte étant de moeurs assez légères
Il prit pour maîtresse la légion étrangère.

-------

Les deux derniers valent pas un clou, les trois premiers sont passables, non?

A plus tard, le boulot m'attend, rugntudju de rugntudju !!!

JMF.

Partager cet article

Repost0

commentaires