Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 mars 2001 4 22 /03 /mars /2001 14:47

De : JMF
Date :  Jeudi 22, Mars 2001  14:47
Objet :  Re : limerick... va où le vent te pousse


--- Dans CirqueZavatars, Ze Bath Leurre a écrit
> Dans un courrier daté du 22/03/01 10:38:49 Paris, Madrid,
> jm.flemal@b... a écrit :
>
> VA OU LE VENT TE POUSSE
>
> Dans un bar de Plymouth,
> Je t'ai vu petit mousse.
> Tu leu chantais à tous :
> " Moi, je suis Barberousse,
>
> Je ne connais la frousse !
> Et Neptune qui tousse
> Jamais ne m'éclabousse !"
> Tu oubliais Plymouth
>
> Et le bambin qui pousse
> Dans le sein de ta rousse...
> Je te vois petit mousse,
> Muet, dans ton drap-housse :
> Un vieux marin te pousse
> A l'eau, loin de Plymouth.
>
> Le Bath Leurre
> >vous reprendrez bien une mousse ?

----------

haha! Je me dis, ce salopard pond un sonnet de 14 rimes en "-ousse" et il ne met pas une seule fois le mot "mousse" (bière) et juste avant de lever l'ancre, "euh? vous reprendrez bien une mousse?"?

Il est super, ce texte, il me fait penser à Corbière (pas le vin, mais le Tristan, notre idole à tous, mon pote Alain Jégou, patron pêcheur et poète à Lorient, mon autre pote Bernard Josse, et quelques Bretons bien fendus de la gueule, du verbe, du contenu comme du contenant).

Pour l'instant, entre la France et la Belgique, il y a pas mal de problèmes d'internet, les liaisons sont mauvaises, voire nazebroques la moitié du temps, ça commence à faire chier, parce que cet engin, c'est mon gagne-pain, je travaille toujours dans l'urgence et quand internet se barre en couille, je dois utiliser un modem téléphonique à quelque 6 ou 7 FF la minute (mon e-mail me coûte 1990 FB par mois 24 h sur 24, c-à-d en gros 10 FF par jour, que je l'utilise 10 minutes ou 15 heures sur la journée). Quand je travaille sur modem, une heure de travail me revient à un mois d'e-mail. C'est pas moi qui paie, vu que je compte le prix dans mes factures, mais enfin, tous mes clients ne sont pas Crésus, et comme je fais pas mal de traduc pro deo, ces pannes d'e-mail, souvent, ça fait ch...

Tiens, un texticule en prime (je n'ai pas trouvé celui que je cherchais - 35 ans d'archives, 3000 poèmes, dont 2800 sont de la merde pure)...

Ca, c'est encore un poèm "sur mesure" pour un journal qui de temps en temps me demande des textes sur des personnalités politiques ou autres.

LOCATAIRE

C'est lisse partout
sans la moindre aspérité
c'est mou aussi
mais le chat n'en voudrait pas
c'est flasque comme un flan
retourné sur une assiette
et c'est même franchement
gluant par endroits

ça n'a pas d'yeux pour voir
et ça a pourtant l'air de m'observer
ça ne parle pas mais c'est tout comme
ça se soulève et puis ça retombe
régulièrement comme si ça respirait
un peu comme un champion de sumo
après la finale d'un dix mille mètres

ça a tout à fait l'air de vivre

bien que ça ait l'air trop récent
pour exister vraiment

depuis un instant ça occupe
quand même mes pensées
au point de me donner
simultanément l'envie de rire
ou celle de m'en aller

ça ne fume pas
quand je lui présente une cigarette
ça n'a pas de briquet sur soi
moi non plus mais je sais
où trouver des allumettes

ça ne tousse pas
ça ne dit rien
mais ça comprend vite
ça ne ressemble pas à ma tante
qui elle parle beaucoup
sans toutefois jamais rien comprendre

ça aurait intérêt
à prendre un bain
dans une baignoire
plus grande que la mienne :


là où ça s'assied
ça laisse des traces peu ragoûtantes
ça correspond à l'idée ancienne
que je me faisais d'un éléphant de mer
avant d'en avoir vu un de près
mais ça n'est pas ça du tout

ça ne mange pas de pain non plus
ça doit pourtant bien être gros
de quelque chose

ça brandit brusquement
quelque chose vers moi
qui ne ressemble pas à un revolver :
un revolver c'est bien connu
ça crie "pan!"

et quand ça t'attrape
ça te remplit d'une horreur indicible
avant de te transformer ô surprise 
en tout ce que tu veux


--------------

Ouais, ben on f'ra mieux le prochain coup, comme on dit à Charleroi.

A toute allure...

JMF.

Partager cet article

Repost0

commentaires