Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 février 2006 4 16 /02 /février /2006 20:04
F… comme Faon
Il existe plusieurs sortes de faons. On peut noter le faon de chichourle dans le midi, le faon de garce au nord de la Loire et le van de Putt outre-Quiévrain. Le faon est un animal gracieux à la démarche légère, ailée, comme l’a écrit le poète :
« Il me plait de voir au soleil couchant
Gambader gaiement les doux ailés faons. »
En vieillissant, le faon mâle devient un cerf dont la démarche est si aérienne qu’il semble planer : c’est le fameux cerf volant. D’aucuns font un jeu de mots facile avec cerveau lent, qu’on ne s’y trompe pas, la seule période pendant laquelle le cerf n’a pas l’esprit vif est celle du brame : s’il maintient alors une érection digne de Carnac, l’afflux de sang dans les corps caverneux fait qu’il n’en reste guère pour irriguer le cerveau. Il n’est pas le seul dans ce cas, comme l’écrivit Abélard : « Homo erectus non anima habet », on se console comme on peut. Toujours est-il que la belle érection du cerf en automne a fait nommer cette période le brame à poutre apparente. Le brame à poutre est d’ailleurs aux Indes l’objet d’un culte qui ne serait pas sans rapport avec les rites de fertilité. Il faut dire que le cerf est résolument polygame, il est toujours entouré de son harem, pour le moins un paquet de six biches ce qui n’est pas sans influence sur sa voix éraillée. Il est à noter que la biche, saillie à l’automne, ne met pas bas, elle faonne au printemps quand tout refleurit, bel exemple de l’esprit de contradiction féminin.
À l’adolescence, les faons mâles doivent étudier auprès du cerf pour devenir plus tard, à leur tour, de parfaits machos reproducteurs. Ce sont des élèves attentifs qui travaillent avec zèle, justement nommés les zélés faons.
En Grande-Bretagne, « faon » se dit « fawn », même pas fichus de copier correctement ! Du coup comment voulez-vous savoir comment se prononce « fawn », comparez avec la simplicité de « faon » !
Décidément, si Petit-Breton est célèbre pour son coup de pédale, le Grand-Breton reste mystérieux.
Claude Brunet
 
 
Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Moi, j'aime bien l'après-midi d'un fawn...:-))Michel
Répondre