Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mai 2008 4 15 /05 /mai /2008 08:59

Les médecines douces tuent en douce.

« Si cela ne fait pas de bien, cela ne fera pas de mal » dit-on habituellement d'un traitement issu d'une patamédecine (homéopathie, acupuncture, naturopathie, urinothérapie, etc.). Cette assertion est aussi fausse qu'une Rolex achetée au bazar d'Istanbul ! Ce n'est pas par hasard que les charlatans qualifient de « douces » leurs pratiques : en choisissant ce terme, ils jettent explicitement le discrédit sur la médecine conventionnelle puisque par opposition, on ne pourra que la qualifier de « dure » pour établir un distinguo. C'est la stratégie habituelle des patamédecines : en décrétant de manière péremptoire et non réfutable ce qui est et ce qui ne n'est pas, cette démarche s'accordant avec le refus d'évaluation de leurs résultats selon des protocoles reconnus par le monde scientifique, elles essaient d'exister. N'oublions pas que le mot allopathie a été inventé et imposé par nos amis obscurantistes les homéopathes... Pour moi, il s'agit de médecines douces parce qu'elles s'exercent  en douce, de la part du charlatan comme de la part du patient, vu l'interdiction de l'acte médical par un non-médecin.

Malheureusement, les faits vont à l'encontre de cette « douceur ». Connectez-vous sur ce site 

Ce site répertorie les morts et blessés consécutifs à certaines pratiques : médecines non conventionnelles, religions, théorie de la conspiration... On y trouve aussi les dégâts consécutifs à l'obéissance aveugle aux indications du GPS qui peut aboutir à un tragique accident! Le site est en anglais. Toutefois, même si vous avez fait Mongol première langue au lycée, vous devriez comprendre l'essentiel.

Un extrait de la rubrique Iridology :

Isabella Denley. Age 13 months. Kew, Victoria, Australia.

Died (untreated epilepsy) October, 19, 2002.

 

 

Isabella was prescribed medications for her epilepsy. Instead of using
them, her parents consulted an iridologist, a kinesiologist, a psychic
and an osteopath. She was being treated purely with homeopathic medication when she died.


Source : ici et .

Consternant, n'est-il pas vrai ?

Michel Tournon

Partager cet article
Repost0

commentaires

Cardamome 16/05/2008 12:40

Complètement d'accord avec vous...moi aussi j'ai eu à subir les bavures de médecin ou plutôt de ce en quoi ils croient (je ne les mets pas en cause directement, ils font ce qu'on leur enseigne), j'ai eu des exemples de bavures au cours de mon exercice comme infirmière libérale...essayant même de les rattraper (eh oui, c'est aussi le rôle de l'infirmière) et médecin alcoolique non mis au ban du conseil de l'ordre, j'en connais aussi...il y en a même aussi qui s'ignorent alcooliques et c'est vrai cela existe aussi chez les autres, charlatans,...Ma seule demande est d'abord de me laisser mon propre choix, éclairé (je viens de subir une opération et tous les traitements qui vont avec..C’était mon choix, en connaissance de cause).Je ne prétend pas défendre avec acharnement la naturopathie (dont je ne conserve personnellement que certaines thérapies et préceptes d'hygiène) mais on peut aussi écouter ce qu'elle a à proposer et laisser le patient, correctement informé, se tourner aussi, s'il le désire, vers l'écoute de son corps afin d'éviter certaines médications inutiles et iatrogènes. C'est le cas en Grande Bretagne ou un médecin demande fréquemment le conseil de son correspondant thérapeute.Il est évident que je souris, comme vous devant de telles pratiques comme l'urinothérapie.
Seulement davantage de collaboration, suffirait pour que pleins de patients ne continuent pas à dévorer les médicaments, les réclamant sans chercher à comprendre ni écouter les messages envoyés par leur corps.(èconso de pharmacie à outrance et arrêts de travail pour des désordres relevant de la simple observance de règles d'hygiène alimentaire, corporelle, mentale,..si on eur en faire prendre conscience, la conséquence de ces désordres étant à plus ou moins long terme, la maladie). 
Bien cordialement, merci d’avoir répondu.

Cardamome 16/05/2008 12:38

Désolée erreur de virgule==< 7,2 et le chiffre que j'ai gardé en mémoire qui date de mes études il y a 30 ans, donc il semblerait qu'il y ait une améliorationCroyez moi je ne cherche pas la polémique mais je ne connais pas et ne reconnais pas, tous ceux qui tuent et exercent mal leur profession et surtout les naturopathes (vous croyez cela paradoxal!) qui desservent si mal l'ensemble de ceux qui ont des résultats et dont on ne parle pas. j'ai rencontré beaucoup de patients, au cours de mes années d'exercice qui étaient là suite à une mauvaise médication ou un manque d'éducation qui aurait pu leur être fourni par leur médecin ou un bon thérapeute....suite de mon message dans le commentire suivant (pb technique)

Michel Tournon 15/05/2008 18:33

Après réflexion, le chiffre de 72% que vous donnez concernant les maladies iatrogènes me paraît surréaliste. Pouvez-vous citer vos sources ? Sur le site d'Attac (qui critique pourtant la médecine hospitalière), ce chiffre est de 4%.Merci de me donner l'origine de cette statistique.M.T.

Michel Tournon 15/05/2008 17:54

En partie d'accord avec vous quand vous écrivez que la médecine conventionnelle peut tuer des patients. Elle est humaine, les techniques utilisées étant aussi d'origine humaine, la médecine est donc perfectible. De plus, la médecine n'est pas un science exacte. Cependant, elle s'exerce dans un cadre bien défini de formation sanctionnée par un diplôme ; son exercice est aussi encadré par le Conseil de l'ordre. Dans ces conditions, un médecin authentique ne peut être un charlatan, à moins d'êre cinglé, alcoolo... auquel cas, le Conseil de l'Orde et les lois en vigueur mettront fatalement un terme à son activité.En revanche, une activité médicale comme la naturapathie, par exemple, n'est pas reconnue en France. Et pour cause, puisqu'elle fait partie des thérapies qu'aucune étude scientifique internationale n'a validé. En clair, n'importe qui peut faire n'importe quoi sous couvert de naturothérapie : c'est la définition du charlatanisme.Un médecin a une obligation de moyen, pas de résultats. Il sera en faute lorsqu'il n'aura pas mis en oeuvre tous les moyens nécessaires, reconnus officiellement pour soigner un patient. Comment vérifier la pertinence de soins dont les auteurs refusent l'évaluation ?Vous citez des chiffres, notamment concernant les maladies iatrogènes, que je ne mets pas en doute. Cependant, ces statitstiques existent et démontrent une certaine transparence. La médecine conventionnelle se trompe, est critiquable, c'est justement ce qui la fait évoluer, même si ce n'est pas agréable de se retrouver dans ses "erreurs", et j'en fais partie, de ces bavures ;-)Les médecines non conventionnelles relèvent la plupart du temps de pratiques occultes : d'abord parce que l'exercice illégal de la médeine existe, ensuite parce qu'elles s'exercent en dehors de tout encadrement, ce qui empêche toute évaluation des résultats et donc toute statistique précise. Un patient cirera haut et fort que la médecine conventionnelle ne l'a pas guéri. Il ne dira rien dans le cas contraire, considérant que c'est normal. Quand il va voir un guérisseur, il fait exactement l'inverse !Pour finir, entre le malade du Sida qui boit sa pisse (urinothérapie) comme seul médicament et qui meurt et celui qui continue sa trithérapie et qui vit, où se situe le "Primum non nocere" ?Très cordialement,Michel Tournon

Cardamome 15/05/2008 13:17

C'est vrai qu'il y a des charlatans dans tous les domaines et qui desservent les plus doués et les plus authentiques, en médecine officielle comme dans toutes les pratiques. La médecine tue (72%% des lits d'hôpitaux sont remplis de maladies iatrogènes) et la médecine "douce" peut tuer si elle n'est que le seul avis auprès de thérapeutes qui s'avèrent n'être que des "pognonthérapeutes" et n'y connaissent rien (mais on en trouve aussi dans le monde sacro saint de la médecine d'Ecole) et le devoir de la médecine, c'est d'abord "primere, non nocere".