Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 février 2006 5 24 /02 /février /2006 00:12

Voici un poème que Victor Hugo écrivit un 24 février :

+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+

LES CHÂTIMENTS

RELIQUAT

II - NOUVEAUX CHÂTIMENTS


Ceux-ci sont maréchaux et ceux-là sont ministres.
La foule s'extasie à ses splendeurs sinistres.
Puisqu'ils ont tant d'argent c'est qu'ils avaient raison.
Magnan vient d'acheter une belle maison ;
Morny, certe, a sauvé l'ordre en France, et la preuve
C'est qu'il donne à Manon une voiture neuve ;
S'ils n'étaient dans le juste et le vrai, ce Rouher,
Ce Troplong, auraient-ils des hôtels, payés cher,
Et de beaux parcs plantés de tilleuls et d'érables ?
Ces hommes sont grands, purs, vertueux, admirables,
Puisqu'on baise à genoux, la trace de leurs pas,
Et puisqu'ils sont dorés, ils sont propres.
                                                                     Non pas.
Ah ! l'on a beau sarcler le mépris, il repousse.
Avez-vous quelquefois, en le pressant du pouce,
Fait jaillir le noyau d'une cerise ? Eh bien,
Je prends tous ces vainqueurs et, fourbe, escroc, vaurien,
Sophiste, assassin, gueux, banqueroutier, faussaire,
Bandit, voilà les mots qui sortent quand je serre,
O Juvénal, ô maître, ô juge souverain,
Leurs misérables noms entre mes doigts d'airain !


Victor Hugo - 24 février 1870

Partager cet article

Repost0

commentaires