Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mars 2006 6 18 /03 /mars /2006 08:33
 Y comme Yack
 Mais quel est ce bovidé à longs poils qui rumine sur les pentes escarpées du Tibet ? C’est un yack en liberté : il s’est enfui du parc zoologique, car se retrouver dans un zoo d’yacks, c’est très mauvais signe, à moins d’être naufragé.

Il existe deux sortes de yacks : le yack du Tibet, moche, hi deux, à la limite du hi trois et le yack du Népal qui népalais. Mais qu’est-ce que la beauté ? Le chat beauté est-il plus beau que les autres ? Et la beauté auvergnate est-elle meilleure que la beauté lorraine ?

Certaines variétés sont domestiquées comme bêtes de somme, ce qui est bien pratique pour compter le nombre d’animaux dans un troupeau. Toutefois,  lorsqu’ils comptent les moutons, ils s’endorment : c’est aussi pour cette raison qu’on les nomme « bêtes de somme ». Le yack est aussi une bête de trait et lorsqu’il a le hoquet, on l’utilise pour tracer les lignes pointillées sur les terrains de sport. En effet, le tibétain est sportif et gagne fréquemment la médaille de bonze. La tibétaine aussi, mais ce serait plutôt dans les sports de bonzesses.

À la belle saison, on emmène les yacks brouter sur les hauts pâturages en les entassant dans des autocars pour les y transporter plus aisément. Cependant, les routes tibétaines sont dangereuses et on ne compte plus les accidents de cars d’yacks. Cette tragédie est fort bien décrite dans le film L’Aorte sauvage.

Le yack est d’une nature facétieuse, on dit même qu’il est broute en train, ce qui cause de nombreux accidents ferroviaires. Les petits adorent jouer à Yack a dit. Et malgré leur sonotone, les vieux ne comprennent pas grand-chose et disent : « Qu’a dit yack ? », ce qui ne fait rire personne, parce que là-bas, il n’y a pas d’autos : en matière de voiture, ils font tintin, au Tibet.

Laissons cet animal brouter avec sérénité, et même avec qui il veut. Cette vision pastorale est de nature à rasséréner l’angoisse de l’homme actuel, harcelé par les chimères de la modernité dont l’étendard morbide flotte au firmament des peurs archaïques, et je pèse mes mots au trébuchet.

Michel Tournon

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Etienne 18/03/2006 16:29

Pour moi en comptant des yacks (mais seulement ceux qui sont laids) comme on compte des moutons, ça me fait l'effet contraire, ça me réveille certains sens. Je résume en vous les contant :C'est affreux UN yack ;C'est affreux DEUX yacks ;C'est affreux TROIS yacks ;C'est affreux QUATRE yacks ;C'est affreux CINQ yacks ;C'est affreux SIX yacks ;C'est affreux SEPT yacks ;C'est affreux HUIT yacks ;C'est affreux NEUF yacks ;C'est affreux DIX yacks ;Aphrodisiaquement vôtre,Etienne

Soeur AgnÚs 18/03/2006 14:14

Mon frère,ta connaissance de l'yack me sied, je suis sciée, je m'en assieds !
Mes frères, mes soeurs,n'oubliez jamais ce dicton populaire :"Il n'est d'amateur de bovin qui loupe yack"