Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 septembre 2008 5 19 /09 /septembre /2008 17:05
Une nouvelle affiche trouvée sur Facebook, 
dans le groupe Le cheval, ça ne se mange pas.

      Je crois comprendre  la démarche de ces militants qui refusent de voir autrui manger l’animal qu’ils vénèrent. Toutefois, je me pose une question : comment expliquer l’absence d’argument dans cette croisade ? Sur la planète, l’Homme mange tout ce qui bouge, parfois ses semblables. Les interdits culinaires concernant la bidoche sont la plupart du temps liés à la religion ou aux traditions : par exemple, sous nos latitudes, nous ne mangeons pas de chiens, ou alors sous forme de hotdog. Pour les chats, j’ai toujours entendu dire qu’en période de disette les matous passaient à la casserole. Là, j’évoque le mâle car pour la chatte, elle se consomme plus fréquemment mais d’une autre façon.

      Revenons aux canassons. Comme j’ai déjà eu l’occasion de l’écrire, cet animal est largement aussi con que tous les autres… Au nom de quoi devrait-on l’épargner ? Parce que quelques individus, pour tromper leur ennui,  adorent grimper ces espèces d’ongulés ? Parce qu’il faut respecter la plus noble conquête de l’homme ? Foutaise : moi j’adore tous les animaux, du moment qu’ils sont morts dans mon assiette. Pas de parti pris, pas de chouchou, tous sur le même pied d’égalité, avec peut-être une différence au niveau de la sauce.

      Il y a quelques années, une de mes collègues faisait signer une pétition contre l’importation des chevaux de Pologne qui voyageaient dans des conditions « inhumaines », dans des wagons, avant de faire connaissance avec merlin l’enchanteur : on leur crevait les yeux avant de les embarquer histoire de les calmer. J’ai signé la pétition car dans le cheval, l’œil est un des meilleurs morceaux et rien que d’imaginer le gâchis de cette humeur vitrée, cela m’a rendu terriblement en colère.

       Quand j’ai dit à ma collègue la raison pour laquelle j’avais signé sa pétition, elle ne m’a jamais plus parlé. Cette attitude est la preuve éclatante que l’amour excessif
 des animaux vivants se fait au détriment des relations humaines. 

Michel Tournon

Partager cet article
Repost0

commentaires

Françoise 19/09/2008 19:08

Morts dans ton assiette ?Sauf les huitres qui doivent être bien vivantes.