Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 avril 2006 6 15 /04 /avril /2006 09:06

    

 La pratique d’ablutions personnelles autant qu’intimes dans ces conditions me rend perplexe. Mais bon, quand on connaît le dépouillement des toilettes à la turque, on se dit que la Turquie est un pays dont les traditions hygiéniques ne favoriseront guère l’entrée de ce grand pays dans l’Union Européenne.

     Toutefois, il s’agit peut-être d’une métaphore artistique représentant un des premiers confinements de volailles dû à une apparition de la grippe aviaire ayant échappé à la sagacité des historiens : l’histoire est écrite par les vainqueurs, dit-on et la dinde, avec ou sans marrons, est plus connue par Thanksgiving que pour ses victoires militaires.

     Jean-Auguste Dominique Ingres est né en 1780. Très vite, comme il était le seul garçon de la fratrie, de surcroît chétif, il fut surnommé par ses voisins « le petit mâle Ingres ». Le voisin est une espèce cruelle, on ne le soulignera jamais suffisamment. Et c’est bien connu, on voit toujours la caille dans le treuil du voisin et pas la poudre dans le chien. Ingres fut un élève de David, dont il commença par copier les œuvres. Bien que profondément catholique, quand il se mit à copier les toiles de David, il abjura sa foi et changea de religion. Notons au passage que s’il avait copié les toiles d’araignée il n’aurait certainement pas tissé partout, même pour marquer son territoire : l’âme humaine,  c’est aussi ce labyrinthe ténébreux dont les méandres erratiques repoussent à l’infini les lueurs de la sortie ; inutile d’utiliser un GPS.

     La Grande Odalisque est une des œuvres les plus connues d’Ingres. De nombreuses critiques reprochèrent au peintre d’avoir représenté ladite odalisque* avec une épine dorsale comportant au moins 3 à 4 vertèbres surnuméraires. Et l’interprétation de l’artiste, sa sensibilité, voire tout simplement son amour des côtelettes découvertes ? Milo a représenté les bras de sa Vénus d’une manière très personnelle et on ne le lui a jamais reproché !

     Si on considère que l’artiste doit représenter la réalité, autant accrocher des planches anatomiques sur les murs de son salon.

 

*Je n’ai strictement rien à dire dans ce renvoi, si ce n’est qu’Odalisque est souvent accompagné d’Astérisque.

 

 Michel Tournon

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Michel Tournon 17/04/2006 10:15

"Quand même, maintenant que tu l'as fait observer, je trouve le dos d'Obélix bien looooooooong......." Hell
 
Tu as raison : l'"épine dorsale" ne peut s'appliquer qu"à un homme.;-)
M.T.
 
 
 

Hell 16/04/2006 18:43

Quand même, maintenant que tu l'as fait observer, je trouve le dos d'Obélix bien looooooooong....