Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mai 2006 7 14 /05 /mai /2006 06:30

Voici un poème que Victor Hugo a écrit un 14 mai (sans mention de l'année) :

+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+

L'ART D'ÊTRE GRAND-PERE

RELIQUAT

POUR LE LIVRE DU GRAND-PERE


Voici le printemps, Jeanne ; et mai, le mois des roses,
Rayonne, et l'herbe est verte, et le parc est charmant ;
Nous regardons tous deux, songeant aux mêmes choses,
Vous la mouche au plafond, moi l'astre au firmament.

Tout palpite d'amour, même un fauve de marbre
Dont on voit, à travers l'ombre luire les yeux ;
Et le vif tutoiement des fauvettes dans l'arbre
S'ajoute, fraîche idylle, à la splendeur des cieux ;

Un tumulte de nids et de branches encombre
Le hallier ténébreux, lumineux et vivant ;
Les éblouissements emplissent le bois sombre ;
On entend la chanson indistincte du vent ;

La fleur qui naît succède à la fleur qui se fâne ;
Un vague oiseau bleu vole, on voudrait le saisir ;
Et puis, figurez-vous, douce petite Jeanne,
Que je suis ici-bas pour vous faire plaisir.


Victor Hugo - 14 mai

- - -
Choisir une autre date : cliquer ici

Partager cet article
Repost0

commentaires