Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 janvier 2009 5 30 /01 /janvier /2009 12:21

Blogueur ou blagueur ?

     On le sait, on trouve tout sur Internet. Toutefois, pour peu que l’on possède un minimum d’esprit critique, la question qui se pose reste toujours la même : comment savoir si l’information que j’ai sous les yeux est exacte ? Cette question s’est toujours posée, cependant la diversité des supports utilisés sur Internet et notre ami le Copier/Coller permettent la diffusion de tout et son contraire.

     Le présent article se propose de montrer que le doute, associé à une démarche zététicienne, permet d’effectuer une sélection dans le but d’obtenir une quasi certitude sur la validité de l’information relevée sur le Net. Pour ce faire, nous prendrons un article polémique en analysant les différents arguments qui soutiennent l’idée de départ concernant le danger des microondes.

     Pas la peine d’aller chercher bien loin sur la Toile pour trouver des articles sujets à caution : le fournisseur attitré de Sorrorimmonde, est si prolixe que son blog est un vrai feu d’artifice permanent en matière d’information plus que douteuse. 

     L’article dont il est question se nomme Le danger des microondes. Toutefois, je sais que vous n’avez pas que ça à faire, je vous ai donc concocté une version courte en ne retenant que les arguments avancés pour « prouver » qu’il s’agit d’un engin diabolique, que notre copain Hippocrate n’a jamais évoqué dans ses mémoires, preuve éclatante de sa nocivité…

-  Une femme américaine (Norma Levitt) est morte d’une transfusion sanguine effectuée à partir de sang réchauffé au microonde.

-  La Russie a interdit les microondes depuis 1976.

-  Une étude suisse (Hertel et Blanc) du début des années 90 a démontré l’extrême nocivité des aliments cuits avec cet engin avec cancer à la clé. Le lobby des fabricants de microondes a fait interdire de parution cette étude lui faisant tort.

- L’appareil Kirlian met en évidence la nocivité de ce four.

-  Les affirmations du médecin Paul Doyon dénoncent la nocivité des ondes électromagnétiques

- Le four à micro-ondes utilise des fréquences très proches du téléphone portable. 


     C’est sûr : rien que de lire cette liste, on a envie de balancer son microonde aux orties ! Ça, c’est le premier réflexe. Toutefois, si l’on se pose LA question essentielle : esprit critique es-tu là ? et si l’on dispose de temps, on peut reprendre ces allégations l’une après l’autre pour en vérifier la pertinence ; je veux bien croire ce que je lis, encore ne faut-il pas me prendre pour un con !

 1-  En 1991, une femme américaine (Norma Levitt) est morte d’une transfusion sanguine effectuée à partir de sang réchauffé au microonde.

    Quand on chauffe du sang, ça fait du boudin ? (c’est pour déconner). Plus sérieusement, il s’agit d’une pratique courante, sauf que là, on a utilisé un microonde. En saisissant « Norma Levitt » dans Google, en particulier en langue anglaise, on retrouve cet événement, à la virgule près. Ce n’est pas parce qu’une information est dupliquée à l’envi qu’elle est vraie… Pour preuve, je la reprends sur mon blog (!). Lors, il convient d’examiner le support de publication. Et là, on retrouve toujours des blogs, des sites personnels, des sites ésotériques, des forums, etc., qui reprennent l’info en la commentant, sans jamais citer une source…

     Poussons les recherches un peu plus loin. Tiens, un site américain qui recense les « hoaxes » (canular), à l’instar du site français hoaxbuster. On peut y lire que Norma est morte d’un infarctus, mais le lobby des antimicroondes s’est emparé de l’histoire afin d’incriminer ce four satanique (ta mère). Vous me rétorquerez qu’un site collectionnant les canulars n’est pas une bible, et vous aurez raison... Je vous conseille donc de vous connecter sur ce site officiel (base de données juridiques pour l’Oklahoma et le Wyoming). Vous y retrouverez le compte-rendu du jugement dont la conclusion est que la mort de cette pauvre Norma est due à un caillot de sang et non pas à une dénaturation du sang due à l’usage du four à microonde. Certes, l’événement est banal et bien moins propice aux spéculations de tous poils dont rêvent les tenants des pseudomédecines !

     Pour les lecteurs qui suivent attentivement ces chroniques concernant l’obscurantisme, l’argument avancé est de type
Post hoc ergo propter hoc, sophisme qui consiste à prendre pour une cause ce qui n’est qu’un antécédent.

     La mort de cette pauvre Norma n’aura même pas servi la cause des patamédecines ! Je ne pense pas qu’on puisse lui en tenir grief. Personnellement, j’aimerais aussi passer à la postérité grâce à un canular…

2- La Russie a interdit les microondes depuis 1976.

     Interdiction levée depuis la Perestroïka, est-il précisé. Comme pour Norma Levitt, on trouve cette « information » sous forme de multiples Copier/Coller sur le Web : point de sources citées. Un site canadien signale cette « info » comme une légende urbaine. L’auteur affirme avoir téléphoné au consulat russe de Montréal qui l’aurait démentie. Mais bon, il ne s’agit pas d’une référence fiable. Si vous trouvez des sources solides pour cette affirmation, je suis preneur… Pour l’instant, faute de source avérée, je la range au rang des hoax, canulars et autres légendes urbaines : la multiplication de cette affirmation sur des sites non institutionnels ajoutée à l’absence de preuve valide m’incitent à cette classification, mais je peux changer d’avis…

     Quelques spéculations gratuites et néanmoins personnelles, cependant :

- L’URSS était un pays technologiquement arriéré au plan domestique, dans les années 70. Que penser alors de l’existence courante de fours microondes dans la cuisine des babouchkas alors qu’ils n’ont fait leur apparition dans les pays occidentaux plus développés qu’au début des années 90 ?

- Les blinis au microonde sont-ils digestes ?

- Ne s’agit-il pas d’une intox émanant du PCF pour faire croire que la technologie communiste est en avance sur celle des capitalistes ?

     Bref, en l’absence de source fiable, cet argument est aussi valide que l’existence du dahu.

3- Une étude suisse (Hertel et Blanc) du début des années 90 a démontré l’extrême nocivité des aliments cuits avec cet engin, cancer à la clé. Le lobby des fabricants de microondes a fait interdire de parution cette étude lui faisant tort.

     Là, c’est du lourd ! L’argument fait mention d’une recherche scientifique dénonçant des méfaits spectaculaires :

Parmi leurs nombreuses observations ils en ont déduits que la cuisson des aliments au four à micro-ondes causait un pourcentage plus élevé de cellules cancéreuses dans le sang. A cause de l'altération chimique dans les substances de la nourriture, des dysfonctionnements se produisent dans le système lymphatique, entraînant la dégénérescence de la capacité du système immunitaire à se protéger contre la croissance cancéreuse. Et, entre autres, on voit apparaître des cancers de l'estomac et de l'intestin en plus de la dégénérescence des tissus cellulaires périphériques favorisant leur développement. Ils ont noté aussi que l'exposition aux micro-ondes cause d'importantes diminutions de la valeur nutritive de toutes les nourritures étudiées.

     À moi Google et son cortège d’occurrences ! Comme pour les deux « arguments » précédents, le Net regorge de cette information, le Copier/Coller ne nécessitant que quelques clics… Il est aussi précisé que le jugement suisse interdisant la parution de cet article a été « cassé » par la Cour Européenne des Droits de l’Homme, donnant donc raison aux deux chercheurs…

     Voilà qui est intéressant : vais-je donc être obligé de balancer mon microonde à la décharge par peur des métastases ? La meilleure démarche, c’est de tenter de trouver une source digne de foi, au-delà des forums, blogs, commentaires, sites suppôt des pseudociences voire ésotériques qui ont certes de droit de vivre mais qui ne fournissent aucune référence, même pas où se trouve l’original de la copie… Un journal « officiel » a l’avantage de connaître les règles élémentaires de publication, notamment quant il relate des faits avérés tels des jugements. Publier des informations non confirmées, par exemple par manque de sources, c’est l’écueil majeur qu'évite un journaliste digne de ce nom.

     Tiens, une occurrence débouchant sur le journal suisse 24 Heures. L’article remonte à la date du 26 août 1998. Son titre : La Suisse écope d'un blâme en raison des micro-ondes. Notre pays a violé la Convention européenne des droits de l'homme.

     Damned ! Je ne ferai plus décongeler mes épinards grâce aux ondes électromagnétiques… Parcourons tout de même cet article. Il y est écrit :

 Hans Ulrich Hertel, même s'il n'est pas un concurrent mais un tiers, a été reconnu coupable d'infraction à la loi sur la concurrence déloyale (LCD) par le Tribunal de commerce de Berne, puis par le Tribunal fédéral. «Une opinion non confirmée scientifiquement ne doit pas être utilisée pour faire de la publicité occulte, positive ou négative, pour ses propres prestations ou celle d'autrui», avait notamment déclaré le Tibunal fédéral. 

     De fait, le magazine qui publia cette « étude » avait composé une couverture sur laquelle un four microonde voisinait de  manière fort suggestive avec des symboles de mort destinés à diaboliser l’engin incriminé.

     Continuons notre lecture :

La Cour de Strasbourg note dans son arrêt d'hier que la thèse de M. Hertel, qui n'est pas responsable de la présentation faite par Franz Weber [nom du périodique], est exposée d'une manière bien plus nuancée que le Gouvernement suisse le laisse entendre (usage répété du conditionnel notamment). Et l'interdiction faite au requérant d'exposer publiquement certaines de ses hypothèses lui apparaît disproportionnée. L'arrêt utilise même le mot de censure. Il y a débat sur les fours à micro-ondes et «dans un domaine où la certitude est improbable, il serait particulièrement excessif de limiter la liberté d'expression à l'exposé des seules idées généralement admises». Peu importe que l'opinion dont il s'agit puisse sembler dénuée de fondement. En tout état de cause, la mesure qui frappait M. Hertel ne saurait être considérée comme «nécessaire dans une société démocratique». Il y a donc eu violation de l'article 10 de la Convention. L'arrêt ne signifie nullement que la nocivité des fours à micro-ondes soit reconnue.

    La Cour de Strasbourg ne s’est pas prononcée sur le sur le fond et n’accrédite donc pas les conclusions de l’étude, le jugement ne portant donc que sur la seule liberté d’expression.

     Notons au passage que le mode conditionnel est utilisé par Hertel dans ses conclusions, ce qui en dit long sur la rigueur scientifique de son analyse : Sheila serait un homme ?

   Un peu plus loin :

On notera que le professeur Blanc, après la polémique engendrée par l'article sensationnaliste, a précisé qu'à ses yeux les résultats obtenus ne permettaient en aucun cas de tirer des conclusions quelconques, mais qu'il était nécessaire et urgent d'entreprendre des recherches plus approfondies. 

     En résumé, l’étude en question date de 1991 ; elle portait sur 8 personnes !!!. Ses résultats n’ont jamais été publiés dans une revue scientifique, procédure habituelle des chercheurs, qui permet à d’autres chercheurs d’infirmer ou de confirmer la « découverte ». Point de recoupement scientifique à ce jour.

       En conséquence, cette étude ne prouve strictement rien, puisque non reproduite et surtout non validée par le monde scientifique. Mais peut-être est-ce la faute du lobby militaro industriel ? L’invocation au grand complot est l’argument ultime des irrationnels…

     Chouette, je vais pouvoir faire réchauffer le reste de mon cassoulet au microonde pour mon déjeuner…

4.- L’appareil Kirlian met en évidence la nocivité de ce four.

     Enfin un moment purement récréatif dans le chemin aride de cette quête de la vraisemblance. Nous avons récemment vu l’énormité du recours à cet argument. Je n’affectionne pas particulièrement l’autoréférence, mais pourquoi répéter ce qui est écrit ici ? Mais un blog, fût-ce Sorrorimonde, peut être sujet à caution, je vous suggère donc de vous connecter sur le site de L’Association Français pour l’Information scientifique.

     L’effet Kirlian est ce que certains zététiciens nomment « un canard insubmersible ». En effet, ce phénomène électrique est expliqué depuis longtemps (genre feu Saint-Elme), mais malgré tout, certains en parlent encore comme d’un phénomène mystérieux, preuve manifeste de l’énergie vitale dont les neuneuturopathes cherchent vainement à prouver l’existence. Comme notre petit canard, il remonte régulièrement à la surface.

    Tel le dahu, cet effet est un canular qui prêterait à rire s’il n’était le reflet de l’incroyable crédulité d’une partie de nos semblables. On est dans le domaine de la croyance religieuse qui affirme sans preuve avec le danger évident dû au mélange des genres… Dans son mémoire, Pour une Didactique de l’esprit critique, page 41, Monvoisin évoque l’ICB (L’Insubmersible Canard de Bain) en ces termes :

Décrit comme un syndrome affectant des défenseurs de théories fausses, l’ICB est une bonne métaphore d’une vaste gamme de dissonances cognitives. Il décrit tout aussi bien la résistance intellectuelle de l’individu en butte à des faits contrevenant à son adhésion que cette appétence des médias à faire du réchauffé sur des sujets enterrés depuis longtemps.  S’il y a peu d’espoir pour détourner les gens engoncés dans cette persistance, travailler sur les médias et leurs consommateurs est bien plus envisageable. Encore faut-il s’en sentir le courage :  l’ICB est décourageant, et explique une partie des refus d’investigations de certains sujets zététiques – pensons par exemple au Triangles de Bermudes, dont le mystère n’en est pas un depuis très longtemps.

Ce n’est surement pas par hasard qu'un journal est aussi un canard…

5.- Les affirmations du médecin Paul Doyon dénoncent la nocivité des ondes électromagnétiques.

    Là, c’est exact : de fait, une recherche sur le Net débouche rapidement sur un document pdf qui fait grandement état de la nocivité des ondes électro magnétiques. Cette nocivité est connue depuis longtemps et de nombreux sites sérieux en font état, par exemple le site Science citoyenne de l’Université de Strasbourg. Des liens concernant les ondes électromagnétiques sur ce site.

      Néanmoins, cette nocivité concerne l’exposition du corps humain directement aux ondes électromagnétiques (cas des téléphones cellulaires), en aucun cas un usage normal des fours microondes ! Peut-être que celui qui croit cette affirmation utilise son microonde comme un sèche-cheveux (ce qui expliquerait bien des choses !). Mettre sa main dans l’huile bouillante des frites ou son bébé dans le four à Thermostat 8 pour une heure est aussi très dangereux, et pourtant, personne n’accuse la gazinière ou le four électrique d’être nocif pour la santé !

     Décidément, encore un argument qui tombe à l’eau malgré le recours à un éminent professeur : raté, essaie encore une fois !

6.- Le four à micro-ondes utilise des fréquences très proches du téléphone portable. 

     Comme il est fréquent dans les arguments obscurantistes, on compare souvent le microonde au téléphone cellulaire. Certes, tous deux utilisent les ondes électromagnétiques mais je ne fais pas cuire mes haricots verts dans mon cellulaire et je ne commande pas une pizza en parlant dans mon microonde ! Les méfaits nocifs des téléphones portables sont le sujet d’articles polémiques depuis longtemps, même s’il est difficile de se faire une opinion précise, en grande partie parce que leur usage courant ne remonte qu’à une dizaine d’années. Il faut certainement être vigilant, voire méfiant.
     À moins de vouloir téléphoner avec son microonde, cet argument n’est pas plus valable que celui qui dénonce les méfaits des ondes électromagnétiques, hors sujet dans le cadre d’une utilisation normale de l’appareil : le gaz butane est dangereux si on le respire, pas s'il alimente normalement votre appareil de cuisson.

Bilan

Reprenons les 6 arguments et les conclusions intermédiaires :

- Norma Levitt : faux, canular (le mot est gentil).

- L’étude de Hertel et Blanc : affirmation gratuite, non publiée dans une revue scientifique, non validée, dont les résultats sont sujets à caution, même pour son auteur.

- L’interdiction russe concernant l’usage des microondes : faux, canular.

- La référence au Professeur Doyon : information exacte, mais hors-sujet.

- L’effet Kirlian : canard insubmersible du genre le Triangle des Bermudes.

- Danger du microonde justifié par celui des téléphones cellulaires : Hors-sujet et amalgame.

     C’est affligeant. Ce type d"info" fait toujours pschitt lorsque l'on en recherche voire décortique les sources, quand elles existent. Il est vrai qu'il est plus rigolo de colporter des "infos" extraordinaires que des infos dont la validité est vérifiable. C'est la différence qui existe entre l'intoxication et l'information. Il serait intéressant de connaître les motivations réelles des colporteur d'intox. Le drame, c'est qu'à cause du Web et de ses possibilités, il faudrait systématiquement réfuter les mensonges qui se multiplient. La bataille semble perdue d'avance tant que l'esprit critique du genre humain n'exercera pas systématiquement un esprit critique. C'est une question de survie, sinon l'obscurantisme fera son come back.

Michel Tournon


Partager cet article

Repost0

commentaires

Michel 13/05/2009 09:07

En matière de santé et de nutrition, on voit tout et son contraire sur le Web. Il faut donc s'accrocher pour remonter à la source des informations diffusées. Et même si la source semble validée, si l'idée affirmée va à l'encontre de nos croyances, on continue parfois d'être circonspect en invoquant le grand complot pharmaceutico-industriel.Je pense l'apprentissage du discernement est une démarche essentielle, pour ne pas dire vitale à l'époque où l'intox s'affiche sur le même pied d'égalité que l'information validée. Merci pour votre commentaire.Cordialement,M.T. 

Gwen 11/05/2009 15:11

Salut,
Beau travail de recherche.
Bravo pour ta persévérance.
 
…carnet de santé (mon bébé né fin 2007), cerfa n°12593*01, mise à jour du 01/01/06, chapitre « Conseil aux parents », en bas de la page 15 ; je cite :
 
“ Si vous lui donnez le biberon
 
·        Le type de lait qui convient (…)
·        Le lait peut être donné (…)
·        Agitez toujours le biberon, (…)
·        Ne réchauffez pas le biberon au four micro-onde :
La qualité nutritionnelle peut être altérée,
Il y a un risque de brûlures graves de la bouche et de la gorge. ”
 
Pour le lait infantile en poudre 1er et 2ème age (seul l’eau passe au micro-onde) il n’est aucunement fait mention  de four micro-onde sur l’emballage. (Nestlé Nidal et Guigoz deux produits made in suisse !)
Pour le lait de croissance près à l’emploi idem : pas de mention  de four micro-onde sur l’emballage. (Délisse Marque repère Leclerc)
Pour les petits pots, je cite : “Enlever la capsule et réchauffer au bain-marie ou au micro-ondes.” (blédina 200gr dès 8 mois)
 
J’utilise toujours le four micro-onde pour la préparation des biberons et vérifie strictement la température.
 
Il y a régulièrement de nouvelles éditions de carnet de santé enfant. Je ne sais pas si, dans la version actuelle,
1.      il est différencié - le fait de chauffer une fois et le fait de ré-chauffer une ou plusieurs fois un biberon de lait avec un ou des intervalles de temps trop long et/ou des conditions de conservation impropres.
2.      il est associé - le four micro-onde à un risque de brûlures graves.
 
Une qualité nutritionnelle altérée est inquiétante.
Un risque de brûlures graves fait peur.
Deux émotions liées, qui peuvent jumeler une qualité altérée et un risque grave, de façon forte et durable dans la mémoire : -“Pas au four micro-onde !”.
 
Et voilà une chimère qui revient nous hanter ! Et des heures de discussions dans les couples car nous voulons protéger notre enfant ! – Le four micro-onde altère peut être la qualité nutritionnelle ! -.
 
Je doute que le ministère de la santé et des solidarités ait délibérément souhaité une rédaction telle, qui puisse laisser planer une incertitude quant à l’innocuité d’un four à micro-ondes.
 
Peut-être leur écrire pour qu’ils changent leur texte ?
La lutte contre les pourfendeurs du micro-onde mangeur de vitamines, sera peut-être gagnée à force de succès à de petites batailles ?! Sait-on jamais ?!