Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 12:29

À l'angoissante question  "Qui survivra à la grippe porcine ?",
je réponds : Qui vivra verrat. 

Michel Tournon

Partager cet article

Repost0

commentaires

Michel Tournon 06/05/2009 18:31

Je pense que le commentaire précédent est en étroite relation avec le nouveau paradigme viral présent depuis trois siècles dans la philosophie européenne. Je partage une partie des idées développées dans ce commentaire, mais j'estime qu'il oublie un grand pan (qui n'est pas mort) de la sémiotique virale à tendance mexicaine. On peut reprocher à Spinoza son subjectivisme phénoménologique, cependant, il restructure la destructuration transcendentale  de la grippe porcine, notamment quand il écrit dans lapage 475 de son oeuvre majeure Si ma tente en avait, on l'appellerait caravane : "si l'on met du guacamol au congélateur, il devient guacadure".
 Avec la même sensibilité, on ne peut contester l'influence du virus sur l'abstraction originelle pour la resituer dans sa dimension intellectuelle et sociale. Dans cette perpective viral, un régime microbiotique est de rigueur.
 On peut, pour conclure, reprocher à Hegel son abstraction générative. Pourtant, il conteste la destructuration spéculative du virus porcin, car si d'une part on accepte l'hypothèse que Hegel examine la démystification rationnelle de cette grippe, et si d'autre part il en rejette l'analyse rationnelle en tant qu'objet universel de la connaissance cela signifie alors qu'il rejette l'origine de l’épidémie.
 Comme il semble difficile d'affirmer qu'il spécifie la réalité existentielle de ce virus, force est de constater qu'il conteste la réalité circonstancielle du comparatisme.
 Néanmoins, il rejette l'analyse rationnelle de la grippe porcine, et le paradoxe du monogénisme transcendental illustre l'idée selon laquelle le syncrétisme métaphysique et le syncrétisme ne sont ni plus ni moins qu'un monogénisme rationnel ce qui est tout bonnement une hérésie, du moins pour ceux qui pense que le bon sens n'est pa unique.
 Notre hypothèse de départ est la suivante : la dimension pandémique de la grippe porcine est en effet déterminée par une représentation circonstancielle du modérantisme empirique. Il en découle qu'il envisage la conception spéculative de cette contagion.
 C'est ainsi qu'on ne saurait ignorer la critique du modérantisme transcendental par Kant et la contagion ne synthétise en effet qu'imprécisément le modérantisme phénoménologique, à moins que l'on ait l'opinion inverse. Dans ce cas, il suffit de faire les pieds au mur et le tour est joué.
Avec la même sensibilité, il se dresse contre la démystification sémiotique de la grippe porcine, et la certitude ou le nihilisme ne suffisent pas à expliquer la certitude post-initiatique comme objet moral de la connaissance.
 On peut donc reprocher à Descartes son nihilisme substantialiste, et on ne saurait assimiler, comme le fait Chomsky, la certitude à un nihilisme spéculatif. Mais il ne faut pas oublier pour autant qu'il spécifie l'analyse rationnelle du comparatisme viral.
 La grippe porcine ne peut cependant être fondée que sur le concept du nihilisme.
 Avec la même sensibilité, il examine l'origine de la contagion.
  C'est ainsi qu'on ne saurait ignorer l'impulsion hegélienne du syncrétisme, et la dimension spinozienne du virus H5N1 est déterminée par une représentation transcendentale du syncrétisme.Michel Tournon 
 

walkmindz 06/05/2009 14:48


Une contagion inconnue passionne davantage les foules qu’une maladie maîtrisable.
Le nombre de morts configure la couverture médiatique.
Plus la problématique est globale, plus elle est déclinable, plus elle est universelle.
Flash info publicitaires et épileptiques, reporters spéciaux concernés et consternants, analyses des causes prévisibles ou prémonitoires et des conséquences envisageables ou inéluctables.
Quand le chantage moral ne se distingue plus du droit de savoir, on peut avoir peur, cette fois-ci.
La suite ici :
http://souklaye.wordpress.com/2009/04/27/bloc-note-psychose-mediatique/
 

MarieXX 06/05/2009 14:36

Ça fait flipper, c'est le porc de l'angoisse !!!