Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 juin 2001 5 08 /06 /juin /2001 04:58

De : JMF

Date :  Vendredi 8, Juin 2001  5:58

Objet :  Re : vie quotidienne à Daisy Town

 

--- Dans CirqueZavatars, Ze Bath Leurre a écrit

> Avec tous ces abécédaires, ces zèdygrèxaires, ces boules de 

neige... tout 

> s'est mélangé et mes neurones ont pété quelques plombs !!

> voilà ce que ça donne :

> VIE QUOTIDIENNE A DAISY TOWN

> AlleZ,

> Beau cowboY,

> Choisis tes affûtiauX !

> Demain tu seras outlaW

> Et dans le saloon - leitmotiV

> Far Westien - tu sortiras ton feU ;

> Gringos et jeunes blancs-becs craindront ton colT

> Hostile. Tu pulvériseras tout : miroirs, verres et bouteilleS

> Inondant de whisky le comptoir. Puis, rengainant ton revolveR,

> Jetant un regard circulaire, sans voir pourtant approcher  les cinQ

> Killers venus te faire la peau, tu rejoindras - coeur au galoP -

> La belle Peggy. Elle minaudera et ses bras agiront comme un lassO

> Machiavélique. Et tu n´entendras même pas la balle fatale traverser ton plastroN.

> Ze Bath Leurre

> > ne m'enterrez pas 

> > dans la prairie...

----------------------------

 

Hello, cher Ze,

 

Toi qui aimes les grands classiques, si je comprends (c'est toi, du 

moins, qui l'affirmes dans un tes posts), paraîtrait qu'on a retrouvé 

l'assassin de ton beau cowboy dont question ci-dessus. Enfin, c'est 

ce que prétendent les lignes ci-dessous...

 

CAPTURE DE L'OUTLAW DU BATH LEURRE

 

" Le marshal Noodle va t'escorter en train jusque Laredo,

où c'est la corde qui t'attend ", dis-je au desperado

que nous venons de coincer, bêtement, presque, dans un corral.

" Avant, va falloir que je t'entrave: mains derrière le dos,

mon gars, et sans histoire! " Le mec, à Noodle enchaîné, râle.

 

Bon, ben, tant qu'on y est, en voici un autre, tout frais pondu ce 

matin...

 

SOUVENIRS DE FEMME IN (histoire vraie)

 

A force de ne plus pouvoir encadrer B.B., Kim

Novak se débarrassa de tous ses cuirs et fourrures,

mais toujours on lui en offrait de neufs comme parures,

au point que son mari un soir lui dit: " Y a kèkchose qui m'

sidère: ah! ces cuirs, ah! ces peaux t'aiment, Kim! "

 

 

Bon, sur ce, un petit caoua s'impose pour bien entamer la journée...

 

JMF.


Partager cet article
Repost0

commentaires