Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 mars 2001 5 09 /03 /mars /2001 12:40

De :  JMF
Date :  Vendredi 9, Mars 2001  12:40
Objet :  Re : Hum...la haine pour détruire

--- Dans CirqueZavatars, Lebatailleur a écrit
 
> Merci JM (tu permets que je t'appelle jm ?, ta
> réponse est la bonne.
> J'avais prévenu à l'avance, ce n'était qu'un vieil
> exercice, un peu provocateur sans doute pour le 8
> mars, mais nullement à prendre au pied de la lettre.
> Mes plus plates excuses mes Dames qui nous lisez de
> vous avoir choquées par de veilles éructations qui
> étaienr ludiques à l'époque.  
>

> -------------


Hello, Le Batailleur qui fend les coeurs...

Il y a quelque temps, j'en ai pondu un sur quelqu'un que j'ai jamais pu encaisser et qui venait de mourir. J'ai eu le malheur de le faire passer dans un hebdo belge, en plus ("Solidaire", en Belgique). J'ai reçu pas mal de courrier, après ça...


à mère Teresa
-------------

Tu dis
attacher avec des sangles
la parturiente sur la pirogue
ça va être affreux quand elle va voir les forceps
et puis le lent déroulement de ses entrailles

Faudra clouer ses viscères sur le plat bord
pour pas les perdre et puis
faudra 'core les revendre :
tant pis pour les murmures et les râles

Tu dis
vaccins et cataplasmes
faudra porter tous ces morts
à l'équarrissage avant midi

M'effraient ceusses qui font du zèle
ou ceusses qui babillent comme des sagouins

Me suis écorché les mains sur ces gravats
et pis vise-moi un peu çui-là on ferait-y pas
du xylophone sur ses côtes

Tu dis
aux battants des portes
tous les yeux sont accrochés
ô effroi ô chair de poule ô bouillon
le malade tout désarticulé délire
"Veux faire glouglou moi avec l'essence!"

Sévère servante de Dieu je suis
et ne supporte point rires d'enfants

Tu dis
grogs et bouteilles
velours que ce vin
mais le marchand me guette
me prend pour une femme qui en lèche
avec sa descente bien en flèche

En peux rien si je trouve ça gai
moi et puis l'cointreau surtout

Mon gosier fait le faraud
dans les alvéoles de la cave
où je me beurre en silence

Mon gosier de vieille sœur :
vivement qu'on me canonise
j'ai toujours aimé ça moi
les canons de rouge!

-------------------------------

Partager cet article
Repost0

commentaires