Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sororimmonde

  • : Sororimmonde - et ta soeur ?
  • Sororimmonde - et ta soeur ?
  • : on ne peut pas laisser dire n'importe quoi... à n'importe qui !
  • Contact

Quelques photos de cul ?

Recherche

3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 11:28

La fin de cette année 2009 est marquée par la peur de la grippe aviaire dont on nous assure régulièrement de la virulence. Bien évidemment, ce contexte a remis au goût du jour les discussions oiseuses concernant les méfaits de la vaccination. La mode du New Age, le lobby des neuneuropathes profitant de la formidable caisse de résonnance permise par le Net colportent les mensonges habituelles concernant la pratique vaccinatoire.

 

Pour illustrer ce propos, examinons un témoignage qui circule actuellement sur le net, grâce à cette malédiction qu'est le Copier/Coller pour lequel on devrait exiger un permis... On trouve par exemple ledit témoignage sur ce site.

 

Il s'agit peut-être d'un hoax car dans le monde de l'obcurantisme, le moindre texte, quelle qu'en soit l'origine, parvient à devenir valide par la simple magie de la multiplication de ses exemplaires sur le Web. Je vous propose néanmoins de disséquer les propos de cette femme Canadienne nommée Linda Thomas en invoquant une simple démarche rationnelle, celle du sceptique de base que je suis, qui aime bien la magie au music-hall, pas en matière de médecine.

 

En amont de cette analyse, je tiens à préciser que je ne mets pas en doute les souffrances décrites par cette personne : par principe, on est bien obligé de croire à sa sincérité et à la description de ce qu’elle ressent. Mon analyse consistera simplement à m’interroger sur les relations de cause à effet qu’elle établit d’elle-même, sur la pertinence des démarches qu'elle entreprend pour la soulager de ses douleurs, sur les conclusions aussi hâtives que hasardeuses qu’elle tire à la fin de cet épisode douloureux.

 

Les propos de cette personne sont en romain, mon commentaire en italique.

  

Le jeûne m’a aidé à sortir des effets secondaires de la vaccination.
 

Notons au passage que Linda ne rejette pas l’utilité du vaccin : elle impute ses ennuis de santé à ses effets secondaires supposés.
 

Je veux d’abord vous dire bravo et merci pour moi et pour ceux qui pour l’instant sont non concernés comme je l’étais avant avril 2007.

Vous savez tant qu’on n’a pas perdu quelque chose, il est plus difficile d’évaluer sa valeur puisque nous avons tendance à prendre pour acquis. Mais quand cela vous arrive c’est une catastrophe et quand en plus le milieu médical ne t’appui pas et même au contraire tente de te faire croire que c’est dans ta tête, bien là cela devient un drame. Un drame que j’ai vécu et que je vous partage.

En avril 2007, nous sommes en attente de partir pour la Chine chercher notre petite fille et malgré que je sois quelqu’un qui ne prend pas de médicament, qui n’aime pas les piqûres et qui est en excellente santé, on a réussi à me faire suffisamment peur pour que j’accepte de recevoir une série de vaccins avant notre départ.

J’ai reçu ma première dose en avril 2007 et presque immédiatement après j’ai commencé à avoir des douleurs dans le bras, et le poignet mais bon, quand j’ai téléphoné on m’a dit de ne pas m’inquiéter.
 

Situation classique : la vaccination ayant eu lieu avant la douleur, elle en est forcément la cause.
 

Bon l’été arrive et j’ai des difficultés avec ce bras, je n’ai plus de force, la douleur est maintenant aussi au coude et à l’épaule et j’ai des périodes de fatigue extrêmes. Mon médecin me parle de repos mais qu’il ne voit aucun lien avec le vaccin.
 

Ce médecin avait-il tort ou raison ? Je ne sais pas. En tout état de cause, il eût été intéressant de connaître la nature du vaccin et donc des effets secondaires reconnus pour vérifier la relation de cause à effet. Toutefois, l’opinion de Linda est faite depuis longtemps : elle se sent donc exonérée de consulter un autre médecin comme l’aurait fait de manière logique la plupart des personnes qui souffrent et que le premier médecin n’arrive pas à soulager. En fait, une des faiblesses du témoignage personnel, de la part d’une personne qu’on ne connaît pas, c’est que ladite personne peut édulcorer son récit en omettant des passages gênants de sa vie n’allant pas dans le sens de ses affirmations. Linda est peut-être sujette depuis longtemps à des douleurs inexpliquées à répétition que son médecin traitant impute à des douleurs psychosomatiques ? 
 

À l’automne, on quitte pour la Chine quel bonheur.

La douleur que je ressens est particulière, j’ai l’impression d’avoir un cancer des os et que mes articulations vont me lâcher. La douleur continue à progresser dans mon corps et atteint le cou, la nuque, les omoplates.
 

A moins que Linda ait déjà eu un cancer des os dont elle aurait guéri, je ne vois pas comment elle peut comparer une douleur à une maladie dont elle n’a pas été atteinte. Il est vrai que le cancer est la maladie qui fait peur : la prendre en référence est censé décrire le summum de la douleur.

 

Je n’ai aucun doute que c’est toujours le même problème qui se répand puisque la douleur est la même et est très facile à reconnaître. Je suis souvent fatiguée et je dois faire des siestes régulièrement et je me couche très tôt.
 

Le début de ce paragraphe est édifiant : « Je n’ai aucun doute ». A se demander si elle n’était pas déjà persuadée de souffrir avant la vaccination. Je pense que cette personne était déjà adepte des soins irrationnels avant cette vaccination : car enfin, souffrant de la sorte, c’est quand même incroyable qu’elle n’aille pas voir un autre médecin, qu’elle ne se fasse pas hospitaliser, qu’elle ne subisse pas des analyses. En fait, il ne s’agit pas d’une personne lambda en matière de thérapie : son rejet immédiat de la médecine officielle associé au jeûne qu’elle entreprendra d’elle-même en attestent.
 

Cela a un impact direct sur la vie familiale. Je n’ai pas d’énergie, je n’ai plus envie aux activités qui auparavant m’enchantaient. Coucher tôt, plus de vie sexuelle. J’ai des traitements en ostéopathie qui m’aide, je prends des algues pour désintoxiquer mon corps car moi je sais depuis le début que mes problèmes sont reliés directement avec les vaccins.
 

Paragraphe intéressant au moins à deux titres : le recours à l’ostéopathie et aux algues confirment le rejet de la médecine officielle. « Car moi, je sais depuis le début que mes problèmes sont reliés directement avec les vaccins ». La messe est dite : indépendamment de toute preuve rationnelle, Linda est convaincue que les vaccins sont causes de ses douleurs. La convaincre du contraire relèverait de l’apostasie : nous ne sommes plus dans le domaine médical mais dans celui de la croyance.
 

Coup de masse en mars 2008, puisqu’au lendemain de Pâques, je n’arrive même pas à sortir du lit. La douleur est présente dans toutes mes articulations et mes muscles. J’ai mal et je pleure de douleur. Cette crise perdure 3 jours et ensuite cela commence à se résorber doucement par contre j’ai une extrême fatigue. J’ai l’impression que je dois recharger mes batteries durant plusieurs heures pour avoir que quelques dizaines de minutes d’énergie.
 

Je ne mets pas un seul instant en doute la description de ces douleurs. J’imagine mal toutefois une personne, entourée de sa famille et d’amis livrée à elle-même de la sorte, sans qu’on l’emmène de gré ou de force vers un milieu médical. On a l’impression que l’histoire se passe dans une secte…

 

Je fais des recherches sur internet, je communique avec une association en France. Je rencontre mon médecin afin de tenter d’avoir accès à une biopsie du deltoide, de la chélation (1), mais en vain. Il me parle que peut-être que cela est relié au décès de mon père, un choc émotif, ou fibromyalgie. Je décide alors de laisser la médecine traditionnelle de côté puisqu’on ne m’écoutait pas du tout, à la limite on se foutait même de ma gueule. On semblait vouloir mettre cela sur la faute à n’importe quoi (même ma tête(folle)) mais surtout pas à quelque chose qui pourrait les rendre responsable. J’ai même commencé à me dire que j’étais mieux de m’occuper de moi-même seul.
 

Ce paragraphe confirme le rejet de la médecine officielle : pour être sûre que la médecine officielle n’entreprendra aucune nouvelle recherche, Linda fait appel à nouveau à son médecin traitant dont elle connaît par avance le diagnostic. Cela lui permet en outre d’invoquer le complot : « …quelque chose qui pourrait LES rendre responsable ». Autrement dit, le médecin traitant sait pertinemment la cause de ces douleurs mais préfère la laisser atrocement souffrir plutôt que de la soigner en reconnaissant que son état est dû aux vaccins.

 

J’arrête de manger de la viande, je deviens même crudivore pour une certaine période de temps, je vois toujours l’ostéopathe chaque 3-4 semaines, je mange biologique uniquement, j’élimine tous les produits chimiques qu’il est possible de mon environnement et plus et plus . Tous ces éléments m’aide mais ne m’enlève pas toute mes douleurs et fatigue. Je continue de m’informer et je retrouve un livre que j’avais lu quelques années auparavant sur le jeûne. Je décide donc en janvier 2009, soit 21 mois après avoir ressenti mes premiers ennuis, de faire un jeûne d’une semaine. Depuis cette date, soit maintenant plus de deux mois, je n’ai plus aucune douleur et j’ai retrouvé beaucoup d’énergie. Il m’arrive encore d’avoir à me coucher tôt mais je peux maintenant fonctionner, travailler, m’amuser. Vivre quoi!
 

A côté de cette expérience, la rencontre du Graal relève des aventures d’Harry Potter ! Personnellement, je suis étonné que ce jeûne ne l’ait pas rajeunie de 20 ans ni augmenté son Q.I. de 30 points ! Mais foin d’ironie : elle est guérie, et je suis sincèrement content pour elle.

 

Je ne sais pas si cela va durer tout le temps, si je suis guérie totalement mais au moins j’ai retrouvé une vraie vie. Et j’ai pris comme décision que je ferais un jeûne tous les 6 mois. J’ai rencontré, dans le centre de jeûne, pleins de gens qui se sont guéris de toutes sortes de maladies. (cancer, psoriasis, maladie Lime). Je suis convaincu que mon degré d’intoxication était élevé puisque durant cette semaine de jeûne, j’ai tellement pué (moi qui n’avait jamais eu à utiliser de déodorant) de tout le corps, que même après avoir lavé mes vêtements l’odeur dégelasse revenait toujours. J’ai dû jeter à la poubelle tous les vêtements portés durant cette semaine.

Je crois qu’il faut garder espoir et qu’on doit tout faire pour briser le silence relié à la vaccination.

On peut tous conscientiser quelques personnes de notre entourage. Lorsque j’ai refusé que mon fils de 15 ans reçoive le vaccin Twinrix ( Hépatite B) à l’école, on lui a dit toute sorte de chose pour lui faire peur et aux conséquences qu’il pourrait avoir en ne le recevant pas. Bizarre car sur la feuille d’autorisation que les parents doivent signer, il n’y a aucune explication des conséquences négatives, des problèmes possibles, ni même des ingrédients (dont l’aluminium) reliés au vaccin.

 

Linda Thomas, Laurentides, Québec


Que faut-il retenir de ce « témoignage » ?

1 – Linda impute ses douleurs au vaccin, sans en apporter la preuve, si ce n’est que l’injection a précédé l’apparition des douleurs.

2 – On ne sait strictement rien de la nature de l’affection générant ces douleurs, en particulier à cause de sa conviction initiale qui l’empêche d’adopter une attitude rationnelle dans son parcours de soins. Son recours au complot (le médecin sait, mais il ne fera rien pour me soulager) la conforte dans sa position : tout remède émanant de ce praticien pourrait être un poison destiné à éliminer un témoin gênant.

3 – Le jeûne l’a guérie : comment cette pratique a-t-elle fonctionné ? Aucune importance : la pensée magique et la croyance feront le reste. Et si elle n’avait pas jeûné pendant cette même période, qu’est-ce qui prouve qu’elle n’aurait pas été guérie ? Bon, là, j’arrête, car je passe sans ambages et néanmoins sans vergogne du registre obscurantiste à la démarche expérimentale que les adeptes de la pensée magique rejettent en bloc, sauf quand elle débouche sur des résultants corroborant leurs croyances.

 

Donc, pas de nouveau sous le soleil de l’obscurantisme : le témoignage et l’anecdote ne représentent pas une preuve. Malheureusement, ils représentent des armes dangereuses contre la pensée rationnelle dans la mesure où tout le monde aime bien les histoires faciles à comprendre, notamment lorsque l’on se sent directement concerné ; sous couvert d’historiette, le but est de jeter le doute sur la vaccination en général sans apporter le début du commencement de l’ombre d’une preuve.
Les divers témoignages recueillis à la suite d'un accident de la circulation sont le plus souvent différents, voire contradictoires, on le sait, alors que souvent, lesdits témoignages émanent de personnes présentes sur les lieux, pas forcément partie prenante dans l'affaire. 

Dans ce témoignage, Linda est à la fois juge, partie, patiente, médecin et narratrice, ce qui rend son témoignage peu crédible. Concernant son histoire, il eût été intéressant de connaître l'avis de ses proches, du médecin...

Je ne suis pas complètement borné et mon scepticisme laisse aussi une petite place au doute : je veux bien admettre les relations de causes à effets et les conclusions de Linda, encore faudra-t-il en apporter la preuve. Mais on le sait, arrivé à ce stade de la discussion, les croyants invoquent l'existence du grand complot qui explique l'absence de preuve : la boucle est bouclée.

 

Michel Tournon

 

(1) La chélation est une pratique médicale dont personne, à nos jours, n’a apporté la pertinence (nouvelle preuve de l’attrait de Linda pour les pratiques occultes). La chélation se fonde sur une réaction chimique mise en évidence dans les années 30 : elle consiste à introduire un produit spécial dans le corps destiné à récupérer puis éliminer les traces de métaux lourds éventuellement présentes dans le corps. Certains « thérapeutes » utilisent cette technique qui guérirait, entre autres certaines maladies artérielles.

 

Une explication chimique ici

Le point sur ses applications médicales ici
Les dangers de la chélation médicale (en anglais) ici

Partager cet article

Repost 0

commentaires