Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mars 2004 3 03 /03 /mars /2004 10:29

 Date : Wed, 3 Mar 2004 10:29       

     De : Ze Bath Leurre 
  Objet : Re: Rondel - Mallarmé


Dans un e-mail daté du 03/03/2004 15:36:24 Paris, Madrid,
La Grive a écrit :
>
> Stéphane Mallarmé
>
> --
> Claire
> >faites moi un cygne !


Si ma mémoire est bonne, Mallarmé et le Zappe font bon ménage... y'aura pt'êt inspiration alors !

Au fait Claire... j'ai relu ça de toi :
http://fr.groups.yahoo.com/group/CirqueZavatars/message/8655
que v'là là itou :

J'ai joué de la contrebasse
Et agité des maracas,
Dîné chez Epaminondas,
Mais hélas, quoi que je fasse,
Dans chaque jeu un truc m'agace. [gu]
Je n'aime pas non plus la chasse
Avec ses écuries d'Augias [i]
Et ses haridelles beigeasses. [j]
Retournerai-je à Caracas ?
De crainte que je ne me lasse
Je resterai plutôt au mas
A déguster des ananas
En attendant que le temps passe
On peut compter sur ce vorace !
Au bout du chemin, pas de sas :
Il faudra bien boire la tasse
Alors que sont encore vivaces
Le goût du fromage d'Epoisses, [w]
Le son de l'album Abraxas,
Le kitsch de Julio Iglesias, [y]
Le nom de la place Mazas...

--
Claire 
   
+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.
il s'agit de l'exemplaire unique (si je n' m'abuse !) d'une activité que j'ai appelée : 

négativo-béabasque (*)... puisqu'il me semble que ce soit en fait l'opposé d'un béabasque , en l'occurrence ici une finale [as] (donc sur une base voyelle) associée à toutes les consonnes de l'alphabet (dans l'ordre alphabétique)...

... comme nombre de tes idées lancées sur la Piste, voilà un genre à creuser !

Ze Bath Leurre
> en apnée Zavatarchéologique permanente !


(*) tu (ou un Zav) a(s) peut-être une autre appellation, ou une appellation existant déjà ailleurs ?

Partager cet article

Repost0
25 avril 2003 5 25 /04 /avril /2003 20:29

Date : Fri, 25 Apr 2003 21:29:30     
     De : La Grive  
  Objet : CP Morteaux

25500 MORTEAU

Marteaux,
les Zavs, dans l'étau
de ces cod's postaux !

Partager cet article

Repost0
25 avril 2003 5 25 /04 /avril /2003 18:07

 Date : Fri, 25 Apr 2003 19:07:01     
     De : La Grive
  Objet : Re: [Poésie universelle] Monorimes


Du Zappe

>A ceux et celles que le monorime attire, puis-je me permettre
>cette suggestion? Avant de composer votre texte, cherchez vos
>rimes d'abord, disposez-les verticalement sur votre support et
>brodez autour. C'est peut-être un peu plus difficile de donner un
>sens à l'ensemble, mais le résultat est généralement truffé de
>(bonnes) surprises, pour autant que l'auteur ne se contente pas de
>n'importe quoi...

>El Zappe


Voilà, je les ai posées... Comme tu peux voir, ça reste n'importe quoi !!

J'ai joué de la contrebasse
Et agité des maracas,
Dîné chez Epaminondas,
Mais hélas, quoi que je fasse,
Dans chaque jeu un truc m'agace. [gu]
Je n'aime pas non plus la chasse
Avec ses écuries d'Augias   [i]
Et ses haridelles beigeasses. [j]
Retournerai-je à Caracas ?
De crainte que je ne me lasse
Je resterai plutôt au mas
A déguster des ananas
En attendant que le temps passe
On peut compter sur ce vorace !
Au bout du chemin, pas de sas :
Il faudra bien boire la tasse
Alors que sont encore vivaces
Le goût du fromage d'Epoisses, [w]
Le son de l'album Abraxas,
Le kitsch de Julio Iglesias,  [y]
Le nom de la place Mazas...

--
Claire

Partager cet article

Repost0
19 janvier 2002 6 19 /01 /janvier /2002 14:55

De : La Grive
Date :  Samedi 19, Janvier 2002  14:55
Objet :  Re: [CirqueZavatars] Pret-a-Desdi

 

----- Original Message -----
From: LLEE MMAATT

>Il parait que ce poème est en fait le thème astrologique de Nerval
>(le luth constellé)
>j'ai l'impression que je le comprends mieux depuis que Claire
>l'a mis en lumière.

 

Moi je ne l'ai mis qu'en loupiote, toi au projo !
 

>LLEE MMAATT
>ajouter du sens au sens
>permet de mieux girer
>et de retrouver
>le chemin de la maison

 

LLee MMatt, au fond, aime mieux la mer
Qu'être entouré de ses congénères
Il habite une tour
Qui éclaire alentour...
S'il rentre chez lui, il gire au phare.

 

Partager cet article

Repost0
19 janvier 2002 6 19 /01 /janvier /2002 04:42

2097

- - -

 

De : La Grive

Date :  Samedi 19, Janvier 2002  3:42

Objet :  Re: [CirqueZavatars] Pret-a-Desdi

 

----- Original Messages -----

From : moi

then

From: Epicurienne

 

...et re-moi !

 

Le veuf, le ténébreux et le prince aujourd'hui

Va-t-il nous abolir la tour d'Aquitaine ivre,

L'étoile morte, un luth qui chante sous le givre

L'âpre mélancolie du soleil qui a fui !

 

Un gisant d'autrefois se souvient d'Italie,

Pausilippe, mais qui du tombeau se délivre

Pour à nouveau sentir la floraison et vivre

Quand la rose et le pampre égaieront son ennui.

 

Tout son coeur chérira dans sa lente agonie,

Par la Reine apposé, ce baiser qu'il ne nie,

Et son rêve en la grotte où Sirène l'a pris.

 

Fantôme à qui le Styx double victoire assigne,

Il emprunte sa lyre à Orphée sans mépris

Qui mêle soupirs saints, cris de fée, chant du cygne.

 

---

...bon, je vous promets quelque chose de moins classique et plus drôle (si

je savais...) dès que le Desdi aura fini de me démanger ! mais aussi,

ZeBath, "fallait pas m'inviter" !

Partager cet article

Repost0
18 janvier 2002 5 18 /01 /janvier /2002 10:30

2087

- - -

 

De : La Grive

Date :  Vendredi 18, Janvier 2002  9:30

Objet :  Pret-a-Desdi

 

Le Desdichado me démange toujours... Le revoici sous forme de prêt-à-rimer !

Les rimes sont celles du Cygne de Mallarmé.

 

A+

Claire

 

----------------------------------------------------------------

Le Desdicygne

 

Moi, veuf, inconsolé, ténébreux aujourd'hui

Sans ma tour abolie, prince d'Aquitaine ivre,

Je pleure l'astre mort au luth taché de givre.

Mélancolie, soleil noir, mon bonheur a fui !

 

Dans la nuit du tombeau, par toi l'espoir a lui :

Rends-moi mer d'Italie, Pausilippe, et délivre

mon coeur si désolé, par la fleur qui fait vivre :

Que le pampre et la rose égayent mon ennui !

 

Lusignan ou Biron, Phébus à l'agonie,

Amour, baiser royal qu'un front rougi ne nie,

En ta grotte, sirène, à rêver tu me pris.

 

Deux fois sur l'Achéron la victoire on m'assigne,

Où la lyre d'Orphée module sans mépris

Soupirs de sainte, ou cris de fée, ou chant du Cygne.

 

Gérane de Nervarmé

 

----------------------------------

Les originaux

 

"Le vierge, le vivace..."

 

Le vierge, le vivace et le bel aujourd'hui

Va-t-il nous déchirer avec un coup d'aile ivre

Ce lac dur oublié que hante sous le givre

Le transparent glacier des vols qui n'ont pas fui!

 

Un cygne d'autrefois se souvient que c'est lui

Magnifique mais qui sans espoir se délivre

Pour n'avoir pas chanté la région où vivre

Quand du stérile hiver a resplendi l'ennui.

 

Tout son col secouera cette blanche agonie

Par l'espace infligée à l'oiseau qui le nie,

Mais non l'horreur du sol où le plumage est pris.

 

Fantôme qu'à ce lieu son pur éclat assigne,

Il s'immobilise au songe froid de mépris

Que vêt parmi l'exil inutile le Cygne.

 

Stéphane Mallarmé

-----------------------------

 

EL DESDICHADO

 

Je suis le Ténébreux, - le Veuf, - l'Inconsolé,

Le Prince d'Aquitaine à la Tour abolie :

Ma seule Etoile est morte, - et mon luth constellé

Porte le Soleil noir de la Mélancolie.

 

Dans la nuit du Tombeau, Toi qui m'as consolé,

Rends-moi le Pausilippe et la mer d'Italie,

La fleur qui plaisait tant à mon coeur désolé,

Et la treille où le Pampre à la Rose s'allie.

 

Suis-je Amour ou Phébus ?... Lusignan ou Biron ?

Mon front est rouge encor du baiser de la Reine ;

J'ai rêvé dans la Grotte où nage la sirène...

 

Et j'ai deux fois vainqueur traversé l'Achéron :

Modulant tour à tour sur la lyre d'Orphée

Les soupirs de la Sainte et les cris de la Fée.

 

Gérard de Nerval

Partager cet article

Repost0
18 janvier 2002 5 18 /01 /janvier /2002 01:58

2086

- - -

 

De : La Grive

Date :  Vendredi 18, Janvier 2002  0:58

Objet :  Re: [CirqueZavatars] présentation... limerick... prêt-à-rallye

 

Mes errata ou mes ratures !

 

> ---------------------------------------------------

>

> Vois, quand le prisonnier tombe sous la mitraille

> L'éclair d'agitation luire dans ses yeux bleus !

> Instant malencontreux ! La fortune le raille,

> Il voit sa destinée à l'épreuve du feu :

>

> Il revoit les batailles et la force qui broie,

> Et sur la pénéplaine les vestiges fumants ;

> La victoire qui fait fructifier la joie

> Et rendre, incognito, des grâces, saintement ;

>

> Puis la course aux jupons, aux robes damassées

> Aux jolis postérieurs et aux longs cheveux d'or ;

> Bonheur catégorique ! Un homme neuf s'endort.

>

> Par l'amante éplorée ses restes ramassés

> Au trou du géomètre iront - si noir !

> Ravale ta salive et mouille ton mouchoir !

>

> --

> Claire

Partager cet article

Repost0
17 janvier 2002 4 17 /01 /janvier /2002 17:12

2080

- - -

 

De : La Grive

Date :  Jeudi 17, Janvier 2002  16:12

Objet :  Re: [CirqueZavatars] présentation... limerick... prêt-à-rallye

 

 

----- Original Message -----

From: Ze Bath Leurre>

Sent: Sunday, January 13, 2002 1:21 PM

 

>Depuis hier je planche sur un hybride : prêt-à-rimer + logo-rallye.

>Les rimes du prêt-à-rimer sont celle du concours de ce début d'année :

>"le mal" de Rimbaud avec donc dans l'ordre les rimes suivantes :

>...mitraille ...bleus ...raille ...feu ...broie ...fumant ...joie

> ...saintement ...damassées ... d'or ... s'endort ...ramassés ...noir

>...mouchoir.

 

>Les mots du logorallye sont ceux qu' Audrey proposait dans le message

> 1834, à savoir : prisonnier, fructifier, jupon, force, pénéplaine,

> postérieur, incognito, fortune, catégorique, agitation, malencontreux,

> géomètre, neuf, salive, destinée.

 

>Avec tout ça j'essaye de concocter un sonnet en alexandrins... si j'y

>arrive, c'est sûr que ça ne marquera pas la littérature du XXIè siècle !

 

---------------------------------------------------

Dans ces conditions , voici mon essai !

 

J'ai triché un chouïa, avec "déraille" au lieu de "raille" !

Je ne me suis pas non plus sentie obligée de placer les mots

du logorallye dans l'ordre du tirage ...

---------------------------------------------------

 

Vois, quand le prisonnier tombe sous la mitraille

L'éclair d'agitation luire dans ses yeux bleus !

En cet instant malencontreux où tout déraille

Il voit sa destinée à l'épreuve du feu :

 

Il revoit les batailles et la force qui broie,

Et sur la pénéplaine les vestiges fumants ;

La victoire qui fait fructif-i-er la joie

Et rendre, incognito, des grâces, saintement ;

 

Puis la course aux jupons, aux robes damassées

Aux jolis postérieurs et aux longs cheveux d'or ;

Dans la petite mort, l'homme heureux qui s'endort.

 

Par l'amante éplorée ses restes ramassés

Au trou du géomètre iront - si noir !

Ravale ta salive et mouille ton mouchoir !

 

--

Claire

Partager cet article

Repost0
17 janvier 2002 4 17 /01 /janvier /2002 17:09

 

 

De : La Grive

Date :  Jeudi 17, Janvier 2002  16:09

Objet :  Re: [CirqueZavatars] un béabasque en L-D

 

 

----- Original Message -----

From: Ze Bath Leurre

 

LA DIVA DANS SA CUISINE

 

> En épluchant la salade

> Elle chante - ma foi ça l'aide !-

> Joyeuse, elle entonne un lied ;

> Mystique elle marmonne des laudes

> Ou bien de Bach un prélude.

----------------

 

Dame aux camélias tubar

ou bien lieder de Schubert,

elle chante tout en sabir,

et ça tangue : babord-tribord,

parce qu'au rhum elle carbure !

 

--

Claire

Partager cet article

Repost0
11 janvier 2002 5 11 /01 /janvier /2002 19:26

De : La Grive 

Date :  Vendredi 11, Janvier 2002  19:26

Objet :  Re: [CirqueZavatars] Ma bohème (Rimbaud)

 

----- Original Message -----

From: Maria

 

>Ma bohème (Rimbaud)

>Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées;

>Mon paletot aussi devenait idéal;

>(...)

 

Houlà, [sympa, mais] ça me rappelle le bac de français... vite, vite,

détournons !

A mes marques, prête, je rime !

 

---------------

Sa bécane.

 

Il pourra vous parler de cent chambres crevées

De son cadre spécial, du braquet idéal

Du mythique grimpeur dont il se dit féal

Des victoires d'étapes qu'il a souvent rêvées.

 

Si le Tour n'est passé qu'une fois dans le trou

Qu'il habite, il a vu tous les ans cette course,

Squattant la veille au soir, rêvant sous la Grande Ourse,

Quelquefois dans un champ à côté d'un boeuf roux !

 

Tout l'été même en août, il souffre sur les routes.

Le pastis se mérite : il sue à grosses gouttes

Mais jusqu'en haut des cols pédale avec vigueur.

 

Il n'aime que son sport, le trouve fantastique,

Il méprise les modes, le saut à l'élastique,

Il entend battre, fier, lentement son gros coeur.

 

Barnum Hinault.

 

--

Claire

Partager cet article

Repost0