Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 août 2015 1 10 /08 /août /2015 21:13

Voici la deuxième partie d'un poème que Victor Hugo a écrit les 9 et 10 août 
1859 :

+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.

LES CHANSONS DES RUES ET DES BOIS

LIVRE PREMIER - JEUNESSE

VI - L'ETERNEL PETIT ROMAN

IV - A DONA ROSITA ROSA

- I - 

( la première partie a été publiée hier )

- II -

Prends-le donc à ton service.
C'est un pauvre rêve fou ;
Mais pauvreté n'est pas vice.
Nul coeur ne ferme au verrou ;

Ton coeur, pas plus que mon âme,
N'est clos et barricadé.
Ouvrez donc, ouvrez, madame,
A mon doux songe évadé.

Les heures pour moi sont lentes,
Car je souffre éperdument ;
Il vient sur ton front charmant
Poser ses ailes tremblantes.

T'obéir sera mon voeu ;
Il dorlotera ton âme ;
Il fera chez toi du feu,
Et, s'il le peut, de la flamme.

Il fera ce qui te plaît ;
Prompt à voir tes désirs naître ;
Belle, il sera ton valet,
Jusqu'à ce qu'il soit ton maître.

10 août 1859

- - -
une autre date ?

 

Partager cet article

Repost0

commentaires