Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 mars 2006 6 11 /03 /mars /2006 10:52

X comme Xiphophore 
- - - - - - - - - - - - - - - - 

Poisson osseux du golfe du Mexique, à prolongement caudal en forme de glaive, appelé aussi porte-épée. Merci au Little Bob pour cette définition qui nous confirme que le Mexique est un pays dangereux puisque même les poissons y portent des armes. Ces bestioles ont donc la queue en forme d’épée, ce qui est bien pratique pour les xiphophores gays qui se provoquent en duel. Tous ces coups d’épées dans l’eau laissent toutefois la femelle perplexe vu qu’elle n’y comprend caudal aux bons duels (en conserve ou surgelés).

Le xiphophore tranche les filets du pêcheur avec sa queue alors que le pêcheur tranche les filets du xiphophore avec son couteau. C’est dire la guerre idéologique qui sévit entre  l’homme et ce poisson, racontée dans Le vieil Homme et la mer. Soyons indulgents avec Hemingway qui confondit cependant l’espadon et le xiphophore : il était tellement vieux, myope et imbibé d’alcool qu’il appâtait à la pierre aiguisée et remontait toutes les lames, y compris les lames de fond lorsqu’il avait du vague à l’âme.

Le xiphophore est un animal fanfaron fréquentant les bars et racontant à qui veut l’entendre qu’il n’a pas peur du calamar son prédateur naturel : « Le calamar qui me mangera n’est pas encornet ! » clame-t-il souvent, ce qui fait se tordre de rire les pétoncles d’Amérique. L’humour subaquatique est redoutable et parfois limite, surtout de la part des moules qui poussent souvent le bouchot un peu trop loin.

« L’homme n’est que poussière, c’est dire l’importance du plumeau » affirmait Alexandre Vialatte. Du point de vue de la bouillabaisse, le poisson n’est que soupière, c’est dire l’importance de la louche. Sans parler de l’inévitable ailloli que l’on retrouve dans ma saucière bien-aimée.

À bien y réfléchir, chacun se trouve à la place qu’il mérite.
- - - - - - - - - - - - 

Michel Tournon

 

bestiaire-xiphophore-espadon-calamar.jpg

Partager cet article

Repost0

commentaires