Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mars 2006 5 31 /03 /mars /2006 07:12

Voici un poème que Victor Hugo a écrit un 31 mars :

+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.+.

TOUTE LA LYRE

LES SEPT CORDES - V

- XLVI -


L'enfant est très petit et l'aïeul est très vieux.
L'insulteur ne craint rien. Comme un ciel pluvieux
Verse l'ondée aux bois que l'orage secoue,
Cette main de vieillard a sur plus d'une joue
Autrefois élargi les sonores soufflets.
Mais à présent les longs exils, le ciel anglais,
Et soixante-treize ans ont refroidi cet homme ;
Calme, il dédaigne. A peine il sait comment se nomme
L'insulteur, pour avoir, lorsque juillet brilla
Jadis aidé quelqu'un qui portait ce nom-là.
Rien de plus. Et qu'importe un jeune drôle immonde ?
Qu'est-ce que cela fait qu'un laquais soit au monde ?
Qu'est-ce qu'un jappement de plus dans le chenil ?
Qu'importe au sphinx rêveur dans les roseaux du Nil
Le glissement sinistre et vague d'un reptile ?
Les gueux peuvent sans peur faire aboyer leur style.
Voir passer un vieillard que le deuil accabla,
La bravoure du lâche est faite de cela.
Nul danger. Le gredin est à son aise infâme ;
Il se répète, afin d'encourager son âme
Où beaucoup de prudence à l'audace aboutit,
Que l'aïeul est bien vieux et l'enfant bien petit.


Victor Hugo - 31 mars 1875

Partager cet article

Repost0

commentaires