Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 09:39
Réponse : que dalle, rien, nada, peau de balle.

Son effet principal relève du principe des vases communicants : elle assure la circulation de l'argent entre les porte-monnaie des gogos et la caisse enregistreuse des charlatans qui profitent du tsunami New Age pour vendre des compléments alimentaires dont l'efficacité n'a jamais été prouvée. Un flacon de propolis de 250 g coûte 25 euros, un pot de miel de 500 g dans un supermarché revient à moins de 3 euros. Fatalement, ce dernier possède moins de vertus...

Il y a quelques jours, sur France Inter, dans l'émission Services Publics*, l'invité était le Docteur Fricker, nutritionniste bien connu, venu disserter sur ces compléments alimentaires. Entre autres informations, il a affirmé qu'aucune étude n'avait prouvé que la propolis avait plus de vertus que le miel lui-même. Même remarque pour la gelée royale, n'en déplaise à Ségolène. Et le reste de ses propos étaient du même métal, en particulier s'agissant de l'apport de vitamine C, suffisante dans une nourriture équilibrée, puisqu'on la trouve dans les agrumes, les tomates, les poivrons, etc.

Toute l'importance accordée, à tort, à cette vitamine revient au double prix Nobel,
Linus Pauling (de chimie puis de la paix) qui tenta en fin de carrière de faire passer la vitamine C pour la panacée. Manque de bol, il s'est gouré sur toute la ligne, mais la simplicité de ce qu'il cherchait à prouver a bien sûr séduit les neuneuropathes (pensez : un produit naturel qui guérit toutes les maladies, y compris le cancer, que demander de mieux ?) a fait que ses hypothèses, même non démontrées, ont été prises comme une démonstration d'efficacité. Sur le site charlatans.info, on peut lire :

 
Le Prix Nobel Linus Pauling, chimiste et physicien américain, déclara quelques mois avant sa mort (en avril 1994) qu'il prenait d'énormes doses de vitamine C pour guérir et prévenir du rhume, prolonger la vie des patients atteints d'un cancer en phase terminale ou d'autres maladies. Son hypothèse reposait sur le fait que comme l'homme est un des seuls animaux à ne pas pouvoir produire de vitamine C lui-même, il est nécessaire et vital de compenser ce défaut génétique de sa nature en se bourrant de mégadoses de vitamine C. Il calcula qu'un minimum de 10 à 12 grammes par jour était la quantité indispensable pour éviter une large gamme de maladies.

Des recherches plus récentes contredirent ses affirmations en indiquant que même si la consommation d'antioxydants comme la vitamine C peut prévenir ou freiner les dommages causés aux cellules avec l'âge, elles n'ont pas montré une quelconque efficacité de la vitamine C contre les maladies chroniques. La prise à hautes doses de vitamine C a seulement réduit, dans certains cas, la sévérité des symptômes au début d'un rhume à un degré assez modeste, cela dû à son effet antihistaminique. La vitamine C n'a jamais prouvé avoir un effet de prévention du rhume ni de la grippe, même lorsque prise à hautes doses. Ni en ce qui concerne le traitement des cancers. Une étude réalisée au sein de la clinique Mayo en double aveugle révéla que ceux qui reçurent de la vitamine C à très hautes doses allaient même encore plus mal que ceux qui prirent du placebo.


Pour finir l'émission, Fricker mit le fameux goji au même rang que la propolis et la gelée royale : les vertus assurant la prétendue longévité due à ce fruit asiatique n'ont jamais été démontrées. Mais pour les neuneus, il s'agit d'un produit exotique, issu de pays dont la sagesse ancestrale et les bienfaits de la philosophie locale ne se sont plus a démontrer, donc, il comporte forcément des vertus magiques. De fait, sa consommation directe est en rapport avec la religion taoïste et est censée stimuler le jing et revigorer le qi. Difficile de prouver le contraire...

Une suggestion : puisque pour certaines personnes les bienfaits des aliments sont étroitement liés à la croyance religieuse, je propose l'infusion du thé dans de l'eau bénite et la fabrication de la sangria avec du vin de messe voire d'hostie spumante. Je devrais faire breveter cette idée avant que les charlatans ne s'en emparent...

Michel Tournon

* En se connectant sur le site de France Inter, on peut réécouter cette émission. Les considérations de Fricker concernant les produits évoqués se situent plutôt en fin d'émission. À l'aide du curseur présent à l'écran, on peut commencer l'écoute de l'émission à n'importe quel moment.
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires