Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sororimmonde

  • : Sororimmonde - et ta soeur ?
  • Sororimmonde - et ta soeur ?
  • : on ne peut pas laisser dire n'importe quoi... à n'importe qui !
  • Contact

Quelques photos de cul ?

Recherche

6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 15:55

La récente "affaire Guerlain" a remis au goût du jour le choix des mots (pas le phoque des côteaux).


En effet, le dérapage de Jean-Paul Guerlain, qui pourtant devrait être au parfum, était double en affirmant : « travailler comme un nègre » et en y ajoutant « je ne sais pas si les nègres ont toujours tellement travaillé... ».


L'usage du mot "nègre" est casse-gueule : notre copain The Little Bob nous indique que ce mot a un sens vieilli ou péjoratif. Rappelons-nous que l'homme a toujours pensé changer la nature des choses, voire des choses ressenties, rien qu'en changeant simplement leur nom : maghrébin, homme de petite taille, gardienne d'immeuble, etc.


Alors, comment reconnaître celui qui utilise ce mot dans son sens ancien ou dans son sens péjoratif ? Le distinguo est important, en particulier pour les indignés, outrés, voire scandalisés professionnels qui s'achètent une vertu en dénonçant les travers souvent supposés de leurs congénères.


Dans le doute, je propose que l'on bannisse ce mot du lexique de la langue française en utilsant un mot de substitution, jusqu'à que celui-ci soit remplacé par un autre quand il sera lui aussi jugé péjoratif, à son tour. L'humeur humaine est versatile et le sens d'un mot peut changer : comme pour la trahison, ce n'est qu'une question de temps.


Au restaurant, au moment du dessert, on commandera un black en chemise, en forêt on cherchera des bolets têtes de black, et à Nice on prendra une chambre à l'hôtel Blackesco (qui est quand même plus sélect que le Julilesco).


Sans parler de l'escroc qui ne sera plus un aigrefin mais un blackfin, ce que je trouve franchement désopilant car je suis un très bon public vis-à-vis des âneries que je peux écrire.


Quoi ? Qu'entends-je ? On ne doit plus dire Black mais Keubla ? Il serait temps que j'upgrade mes connaissances. La signification des mots n'est pas à sens unique et il est vivement déconseillé d'y stationner trop longtemps.

 

Michel Tournon


Partager cet article

Repost 0
Published by Michel - dans sororimmonde
commenter cet article

commentaires

Michel 07/11/2010 13:22



Un grand merci, Claude, pour ces précisions indispensables. Je les ai lues en écoutant un CD de la Mano Negra...



Le Glaude 07/11/2010 07:12



À ce propos, une double citation (un peu longue) pour éclairer notre comportement
langagier.


Dictionnaire de l’Académie


 


8e édition (1932-1935)


NÈGRE, NÈGRESSE. n. Homme ou femme de la race noire. La traite des nègres est abolie. Elle a pris une négresse pour domestique.


Fam., Traiter quelqu'un comme un nègre, Le traiter avec beaucoup de dureté et de mépris.


Fam., Travailler comme un nègre, Travailler sans relâche.


Il se dit, en langage d'atelier, d'un Auxiliaire qu'on emploie pour préparer Un travail, pour en exécuter la partie en quelque sorte
mécanique.


Ce mot est employé aussi comme adjectif. Il a alors pour féminin Nègre. Art nègre. Danse nègre. Musique nègre.


 


9e édition (en cours)


NÈGRE , NÉGRESSE n. et adj. XVIe siècle. Emprunté, par l'intermédiaire de l'espagnol negro, du latin niger,
nigra, nigrum, « noir ».


 I. N.  1. Terme dont on usait
autrefois pour désigner un homme noir, une femme noire (ce terme, souvent jugé dépréciatif, a été parfois revendiqué au XXe siècle par les Noirs pour affirmer leur identité).
Montesquieu a consacré un chapitre de « L'Esprit des lois » à l'esclavage des nègres. La traite des nègres. Nègre marron, voir Marron.  Aujourd'hui,
Nègre se rencontre surtout dans quelques expressions familières. Traiter quelqu'un comme un nègre, le traiter avec beaucoup de dureté et de mépris. Travailler comme un nègre, travailler sans
relâche, sans répit. Parler petit-nègre, parler avec les tournures et l'accent qu'on prêtait aux indigènes des colonies d'Afrique. Couleur tête-de-nègre ou, ellipt., tête-de-nègre, voir ce mot.
Loc. adj. inv. Nègre blanc, qui est formulé en termes ambigus, de manière à ménager des opinions contraires. Motion nègre blanc.  Titres célèbres :
La Négresse blonde, de Georges Fourest (1909); Les Nègres, de Jean Genet (1958).  2. Fig. et fam. Au masculin. Écrivain qui prépare
ou rédige un ouvrage publié sous la signature d'une personnalité connue.


 II. Adj. invariable en genre. S'est dit, au moment de leur découverte par
l'Europe, des arts et des formes d'expression traditionnelles des peuples de l'Afrique noire. L'art nègre exerça une profonde influence sur le cubisme et le fauvisme. La Revue nègre,
spectacle américain de variétés qui remporta un grand succès à Paris, dans les années vingt. Le premier festival des arts nègres s'est déroulé en 1966 à Dakar.  Titre célèbre : Anthologie nègre, de Blaise Cendrars (1921).