Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sororimmonde

  • : Sororimmonde - et ta soeur ?
  • Sororimmonde - et ta soeur ?
  • : on ne peut pas laisser dire n'importe quoi... à n'importe qui !
  • Contact

Quelques photos de cul ?

Recherche

19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 08:15

Le daim

Wikipédia précise que cet animal peut mesurer 110 cm au garrot. Je ne comprends pas cette habitude qui consiste à mesurer les animaux quand ils se shootent. Certes, pour Brassens, cela lui permit de créer garrot gorille, mais reconnaissons qu’il s’agit d’un cas d’autant plus particulier que Georges était un peu dur de la feuille et qu’en réalité, un de ses potes mycologue l’avait mis en garde contre la toxicité d’un champignon en lui lançant : « Gare aux moriiiilllles ! ». Quand je pense que le succès de cette chanson est dû à l’audiogramme foireux de son auteur, je me dis que le cérumen a de beaux jours devant lui.

Mais revenons à notre cervidé saugrenu : le mâle, comme Robin, porte des bois dont il se sert contre les autres mâles pour s’approprier une femelle. Celui qui perd prend une veste, mais une veste en daim, ce n’est pas si mal que ça par les temps qui courent. À noter qu’en Écosse, il est capital que les daims bourrent. Le daim est un animal plutôt frugal. C’est son intérêt vu que les gras daims ont parfois tendance à s’écrouler.

La femelle du daim se nomme la daine ; pour mieux approcher d’un troupeau de femelles, le mâle les approche par l’est des daines, car à l’ouest, rien de nouveau. Le sens de l’orientation est donc leur vertu cardinale, même si les chercheurs n’ont jamais trouvé la moindre trace de clergé chez cette espèce. Quand un garde forestier trouve une daine morte, il l’apporte à la déchetterie la plus proche : on dit alors qu’il benne la daine, ce qui met en rage la CIA.

Comme la plupart des animaux, le daim est zoophile ce qui débouche sur des croisements improbables ; à preuve le jars daim,  et le rat daim (qu’on trouve surtout en Écosse, quand les daims bourrent, je ne m’en lasse pas).  Signalons au passage que lorsque l’on mène l’âne au daim, on n’obtient pas grand-chose, ce qui respecte une certaine logique.

Laissons néanmoins la logique, dont on sait qu’elle est le meilleur moyen d’aboutir avec assurance à un mauvais résultat, et regardons avec tendresse s’éloigner cet herbivore dans la brume vespérale qui donne aux frondaisons cette nuance indéfinissable teintée du pourpre noir foncé des rayons de l’astre diurne : il part pour la Bretagne retrouver sa bigou daine. Le romantisme de cet animal  ne cessera jamais de m’étonner.

Michel Tournon

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires